FINANCES PUBLIQUES : Le déficit s’allège de 16,8% à fin octobre

FINANCES PUBLIQUES : Le déficit s’allège de 16,8% à fin octobre

Erreur de la base de données WordPress : [Got error 28 from storage engine]
SELECT `wp_adrotate`.`id`, `wp_adrotate`.`title`, `wp_adrotate`.`bannercode`, `wp_adrotate`.`image`, `wp_adrotate`.`tracker`, `wp_adrotate_linkmeta`.`group` FROM `wp_adrotate`, `wp_adrotate_linkmeta` WHERE ( `wp_adrotate_linkmeta`.`group` = 1) AND `wp_adrotate_linkmeta`.`user` = 0 AND `wp_adrotate`.`id` = `wp_adrotate_linkmeta`.`ad` AND (`wp_adrotate`.`type` = 'active' OR `wp_adrotate`.`type` = '2days' OR `wp_adrotate`.`type` = '7days') GROUP BY `wp_adrotate`.`id` ORDER BY `wp_adrotate`.`id`;

Sur la base des recettes encaissées et des dépenses émises à fin octobre 2016 et en comparaison avec la même période de 2015, la situation des charges et ressources du Trésor dégage un déficit budgétaire de 31,4 Mrds Dhs à fin octobre 2016, contre un déficit budgétaire de 37,7 Mrds Dhs un an auparavant. Dans le détail, selon les dernières statistiques de la TGR, l’exécution de la loi de finances, laisse apparaître une augmentation des recettes ordinaires de 5,4% provenant de la hausse des recettes douanières de 6,7% : droits de douane (+20,1%), TVA à l’importation (+5,8%) et taxe intérieure de consommation (TIC) sur les produits énergétiques (+1,9%). Une hausse que l’on retrouve aussi au niveau de la TIC sur les tabacs manufacturés (+10,4%) et des autres TIC (+7,2%). Le rebond des recettes trouve aussi pour origine la hausse de 4,2% de la fiscalité domestique : IS (+6,5%), IR (+6,1%), TVA à l’intérieur (-5,4%), droits d’enregistrement et timbre (+5,6%) et majorations de retard (+13,5%). Les recettes de l’IS ont augmenté de 6,5% ou +2,1 Mrds Dhs, sachant qu’à fin octobre 2015 l’IS avait enregistré une baisse de 2,5% par rapport à son niveau à fin octobre 2014 ou -848 M Dhs (32,7 Mrds Dhs contre 33,6 Mrds Dhs). La hausse des recettes de l’IS s’explique en grande partie par le bon comportement, durant 2015, des résultats de certaines grandes entreprises (OCP, ANRT, BCP, CIH, SODEP, cimenteries,…). Les recettes de la TVA à l’intérieur tiennent compte de remboursements pour un montant de 6.685 M Dhs à fin octobre 2016 contre 4.387 M Dhs à fin octobre 2015. Enfin les recettes de l’état on cru aussi grâce à l’augmentation des recettes non fiscales de 7,2% en raison notamment de la rentrée de 570 M Dhs au titre de la cession des parts de l’Etat dans la société SOMED, de la hausse de 11,2% des recettes de monopoles (7,2 Mrds Dhs contre 6,5 Mrds Dhs) et du recul de 50% des recettes en atténuation de dépenses de la dette (1,8 Mrds Dhs contre 3,6 Mrds Dhs), de 65,1% des fonds de concours (805 M Dhs contre 2,3 Mrds Dhs) et de 46,1% de la redevance gazoduc (820 M Dhs contre 1,5 Mrds Dhs). Au niveau des dépenses, la TGR a relevé un taux d’engagement global des dépenses de 70% et un taux d’émission sur engagements de 87%, contre respectivement 69% et 87% un an auparavant avec des dépenses ordinaires émises en baisse de 0,5%, en raison de la diminution de 53,2% des émissions au titre de la compensation, conjuguée à l’augmentation de 2,1% des dépenses de personnel, de 13,7% des autres biens et services et de 1,9% des charges en intérêts de la dette. Pour leur part les dépenses d’investissement émises ressortent en augmentation de 12%, passant de 43,2 Mrds Dhs à fin octobre 2015 à 48,4 Mrds Dhs à fin octobre 2016. Il est à noter que le déficit du Trésor a été atténué en partie grâce au solde positif de 9,1 Mrds Dhs dégagé par les comptes spéciaux du Trésor (CST) qui tiennent compte de la rentrée de 3,3 Mrds Dhs au titre des dons des pays du Conseil de Coopération du Golfe et de 965 M Dhs représentant la part de l’Etat dans la cession de 40% du capital de Marsa Maroc. Pour ce qui est de la couverture des dépenses par les recettes ordinaires à fin octobre 2016, son taux a été de 104,7% contre 98,8% un an auparavant : 49,9% de ces recettes ont été consacrées aux dépenses de personnel, 27,1% aux dépenses de matériel et 14% aux charges en intérêts de la dette. Aussi, une partie des dépenses émises au titre du budget de l’Etat a été financée principalement par le recours à l’emprunt. Ainsi, compte tenu d’un besoin de financement de 32,8 Mrds Dhs contre un besoin de financement de 43,1 Mrds Dhs à fin octobre 2015 et d’un flux net positif de 1,9 Mrds Dhs du financement extérieur contre un flux net négatif de 2 Mrds Dhs un an auparavant, le Trésor a eu recours au financement intérieur pour un montant de 30,9 Mrds Dhs contre un recours au financement intérieur de 45,2 Mrds Dhs à fin octobre 2015.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.