FINANCES PUBLIQUES: Le déficit du Trésor s’allège à fin février

A fin février 2017, et selon le bulletin mensuel de statistiques des Finances Publiques, l’exécution du décret portant ouverture des crédits nécessaires à la marche des services publics et à l’exercice de leur mission et du décret relatif à la perception de certaines recettes pour l’année budgétaire 2017, fait ressortir un déficit budgétaire en baisse de 58,4% comparativement à la même période en 2016. Cette détente du déficit trouve pour source d’un côté la progression de 2,4% des recettes ordinaires à 29,9 Mrds Dhs résultant de l’augmentation des recettes fiscales de 4,4% à 28,7 Mrds Dhs intégrant la hausse de 4,1% des impôts directs due à la progression des revenus de l’IS (+9%), l’IR (+1,9%) et de la TVA (+18,6%) tenant compte des remboursements pour un montant de 562 MDH (contre 1 Mrds Dhs à fin février 2016), l’amélioration de 8,6% des impôts indirects et la progression de 5,6% des droits d’enregistrement et de timbre, au moment où les droits de douanes se replient de 19%. Et d’un autre côté l’affaissement des recettes non fiscales de 31,3% à 1,1 Mrds Dhs suite à la baisse de 91,5% des recettes en atténuation de dépenses de la dette à 61 MDH (contre 716 MDH une année auparavant), conjuguée à la hausse des recettes de monopoles à 272 MDH et du versement par les comptes spéciaux du Trésor de 266 MDH au profit du budget général. Une légère baisse des dépenses ordinaires est aussi à noter de 1% à 34,2 Mrds Dhs due au repli de 6% des charges en intérêts de la dette et la quasi-stagnation des dépenses de biens et services. La compensation n’a généré, pour sa part, aucun décaissement au titre des deux premiers mois de l’année. Dans ces conditions, le solde ordinaire ressort négatif à -4,3 Mrds Dhs contre un solde négatif de 5,4 Mrds Dhs un an auparavant. A fin février 2017, le taux de couverture des dépenses ordinaires par les recettes ordinaires a été de 87,3% contre 84,5% un an auparavant. Ainsi, à fin février 2017, 60% de ces recettes ont été consacrées aux dépenses de personnel et 38% aux dépenses de matériel. Au final, le déficit budgétaire ressort en baisse de 58,4% comparativement à la même période en 2016 à 5,9 Mrds Dhs, compte tenu d’un solde positif de 11,4 Mrds Dhs dégagé par les comptes spéciaux du Trésor (CST) et les services de l’Etat gérés de manière autonome (SEGMA), au moment où les dépenses d’investissements reculent de 10,7% à 12,9 Mrds Dhs soit 20% du budget 2017.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.