Finances publiques: Le déficit du Trésor  se renforce à fin février

Finances publiques: Le déficit du Trésor  se renforce à fin février

A fin février 2019 et en comparaison avec la même période de 2018, l’exécution de la loi de finances, sur la base des recettes encaissées et des dépenses émises, laisse apparaître un déficit du Trésor de 10,5 Mrds Dh  contre un déficit du Trésor de 11,1 Mrds Dh  à fin février 2018.

Cette situation trouve pour origine au niveau des recettes, une augmentation des recettes ordinaires de 11,3% provenant de  la hausse des recettes douanières de 3,7% : droits de douane (-4,4%), TVA à l’importation (+3,6%) et taxe intérieure de consommation (TIC) sur les produits énergétiques (+9,3%) ; de l’accroissement de la TIC sur les tabacs manufacturés (+51,5%) et la hausse des autres TIC (+15,7%) ; de l’augmentation de la fiscalité domestique de 5,1% avec un IS en hausse 5,8%,  IR de 8,8%) et de la TVA à l’intérieur de 6,8%.

Il est à signaler qu’à fin février 2019, les remboursements de la TVA (part supportée par les collectivités territoriales comprise) sont de 1.542 MDH contre 1.040 MDH un an auparavant, étant précisé qu’à fin décembre 2017, les demandes de remboursement de TVA ont été de 33,2 Mrds Dh.

Les recettes non fiscales ont de leur côté fait un bond de 119,8% en raison notamment de l’augmentation des versements des comptes spéciaux du Trésor (CST) au profit du budget général (925 MDH contre 300 MDH), des recettes de monopoles (246 MDH contre 81 MDH) et des recettes en atténuation de dépenses de la dette (522 MDH contre 147 MDH).

Au niveau des dépenses, celles ordinaires émises ressortent en baisse de 0,1%, en raison de la diminution de 1% des dépenses de biens et services, due à la hausse de 2% des dépenses de personnel et au recul de 4,9% des autres dépenses de biens et services, de la baisse de 0,6% des charges en intérêts de la dette, conjuguée à la hausse de 41,1% des remboursements, dégrèvements et restitutions fiscaux.

Le montant global des remboursements de TVA à l’intérieur et à l’importation (part supportée par les collectivités territoriales comprise) est de 1.544 MDH contre 1.040 MDH à fin février 2018. Pour leur part, les dépenses d’investissement émises ressortent en augmentation de 25,6%, passant de 13,1 Mrds Dhs à fin février 2018 à 16,5 Mrds Dhs à fin février 2019, en raison de la hausse de 33,4% des dépenses des ministères et de 22,9% des charges communes.

Au final,  le solde ordinaire à fin février est négatif de 3,8 Mrds Dh  contre un solde négatif de 7,3 Mrds Dh une année auparavant. Ainsi, le taux de couverture des dépenses ordinaires par les recettes ordinaires a été de 89,9% contre 80,8% un an auparavant.

55,5% de ces recettes ont été consacrées aux dépenses de personnel, 38,9% aux dépenses de matériel, 13,5% aux intérêts de la dette et 3,3% aux remboursements, dégrèvements et restitutions fiscaux. Une partie des dépenses émises au titre du budget de l’Etat a été financée principalement par le recours au financement intérieur pour un montant de 15,2 Mrds Dh contre 17,2 Mrds Dh à fin février 2018.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.