Fonds National de Développement du Sport: Sans reddition des comptes !
Fonds National de Développement du Sport: Sans reddition des comptes !

Comme tous les autres comptes dits spéciaux du Trésor, le FNDS (Fonds National de Développement du Sport) n’a jamais été épinglé par la Cour des Comptes.
Un FNDS qui est l’apanage du ministre de la Jeunesse et des Sports dont il est le décideur et ordonnateur unique !

En 2013, alors que le mouvement sportif revendiquait un Conseil d’administration pour décider des mannes pécuniaires du FNDS, le ministre de l’époque a saisi l’occasion de l’amendement de l’organigramme du ministère de la Jeunesse et des Sports en intégrant ce fonds spécial dans les attributions de la Direction du budget. Ce qui est incohérent et inadmissible du fait que tous les comptes spéciaux du Trésor ne dépendent d’aucune direction centrale des autres ministères.

Crée par la loi des finances de 1987 , le FNDS a pour objectifs: de financer le sport de haut niveau par le biais des fédérations sportives, des stades, salles, piscines, d’assurer la reconversion socio-professionnelle des sportifs de haut niveau. La source du financement du FNDS est le bénéfice net annuel de la Marocaine des Jeux et du Sport, la société de la loterie Sportive au Maroc.

Si les subventions accordées aux fédérations sportives avaient atteint 365 millions de dirhams en 2016, 345 millions de dirhams en 2017, l’année écoulée 2018 les fédérations sportives ont eu droit à un pactole de 620 millions de dirhams.
Un chiffre record sans reddition des comptes et sans performance en commençant par le football qui génère la sinistrose et collectionne les bides au grand dam du directeur du budget du ministère des Finances qui porte la casquette de prèsident de la Fédération Royale Marocaine de Football !

La Cour des Comptes n’a jamais audité la gouvernance des fédérations sportives à moins qu’il s’agisse d’un audit en 2018, opéré par le ministère de la Jeunesse et des Sports, par le biais d’un cabinet d’expertise indépendant.
Un audit dont les résultats sont restés lettre morte et qui n’a pas touché toutes les fédérations sportives dont la moitié n’a pas été auditée!
Mais qui est derrière l’enterrement de l’avis d’appel d’offres, lancé en novembre 2018 pour l’audit organisationnel et financier de plus de 26 Fédérations sportives et à leur tête la Fédération Royale Marocaine de Football?
Le nouveau maroquin du département gouvernemental du sport a-t-il les coudées franches pour rouvrir ce dossier ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.