Jawad Ziat, président du Raja Club Athletic de Casablanca, a beau soulever le problème de la répartition injuste des recettes des droits TV. Cependant, il  semble ignorer ce que la législation en la matière stipule.

Le président du RCA déplore le système jacobin adopté jusqu’à présent par la Fédération Royale Marocaine de Football à telle enseigne qu’il a qualifié ce système de stalinien!
Bien évidemment, c’est la loi 30-09 qui particulièrement dans son article 74 exige pour chaque Fédération sportive de légiférer les critères dans les règlements généraux de la FRMF ou de la ligue professionnelle.
J. Ziat n’a qu’à évoquer par écrit au président de la FRMF cette obligation au lieu de se contenter de déclaration médiatique.
J. Ziat a beau aussi soulever le problème du budget dont le RAJA doit disposer pour être compétitif à tous niveaux. Là J. Ziat feigne d’oublier qu’il faut commencer par la rupture définitive d’avec le régime associatif amateur et incohérent avec le concept professionnel de la gouvernance du football. Oui pour les gros budgets pour que les clubs soient compétitifs mais en commençant par la mise en place des structures sociétaires si l’on veut joindre les bonnes performances au sacro-saint principe constitutionnel : la responsabilité et la reddition des comptes.
Voici par ailleurs, l’article 74 de la loi 30-09 relative à l’Education Physique et aux Sports :

 

Article 74

Afin de garantir l’intérêt général et les principes d’unité et de solidarité entre les activités sportives à caractère professionnel et les activités sportives à caractère amateur, les produits de la commercialisation par une fédération sportive ou, le cas échéant, une ligue professionnelle des droits d’exploitation audiovisuelle des compétitions et manifestations sportives qu’elle organise, sont répartis entre la fédération, les associations sportives, les sociétés sportives et, le cas échéant, la ligue professionnelle.

La part de ces produits destinée à la fédération et celle destinée à la ligue professionnelle sont fixées par la convention conclue entre la fédération sportive et la ligue professionnelle correspondante, prévue à l’article 38 de la présente loi.

La part des produits revenant aux associations sportives et aux sociétés sportives leur est redistribuée à raison de 50% selon un principe de mutualisation et à raison de 50% selon les critères arrêtés par la fédération ou, le cas échéant, par la ligue professionnelle, fondés notamment sur leurs performances sportives et leur notoriété.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.