A l’heure où Amina Bouayach qui préside aux destinées du Conseil
national des droits de l’homme (CNDH) tente de «gérer»
autrement le dossier du Hirak rifain en recevant les familles des
détenus, le pouvoir judiciaire vient de condamner Ahmed Chibi a à
1 an de prison et une amende de 3.000 dirhams.

Le condamné va rejoindre deux de ses enfants jetés en prison dans les fameux procès du Hirak rifain qui ont fait couler beaucoup d’encre.

A.Chibi a été arrêté le 8 mai dernier, rapporte l’agence de presse espagnole EFE, après la diffusion d’une vidéo en direct sur sa page Facebook, dans laquelle il critiquait la situation «catastrophique» dans la région nord du Rif tout en clamant «l’innocence» des détenus du Hirak, dont certains ont été lourdement condamnés à 20 ans de réclusion ferme.

La même agence signale que la cour d’appel d’Al Hoceima a réduit la peine d’un autre militant du Hirak, poursuivi lui aussi pour avoir fait une critique sur son compte Facebook.
Dans ce commentaire, le jeune homme a dénoncé la peine de la cour d’appel de Casablanca à l’encontre de son frère Bilal, également militant rifain,condamné à 10 ans de prison.
De deux ans, sa peine a été commuée en huit mois de prison.

Pour rappel, d’autres personnes ont aussi été condamnées pour avoir exprimé leur avis sur Facebook.
Soufian Al-Nguad a été condamné en appel à un an de réclusion doublée d’une amende de 2.500 Dh pour avoir critiqué les partis marocains et soutenu un appel à manifestation suite à la mort de Hayat, tuée par la marine royale lors d’une opération d’interception de migrants clandestins.

Human Rights Watch a dénoncé un «verdict abusif» et une «violation de son droit à la liberté d’expression».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.