Gestion post-électorale en Tunisie: Les islamistes d’Ennahda roulent des mécaniques !
Gestion post-électorale en Tunisie: Les islamistes d’Ennahda roulent des mécaniques !

Le parti islamiste d’Ennahdha a indiqué dimanche 10 novembre qu’il entendait caser son chef historique Rached Ghannouchi à la tête du Parlement, et réitéré sa volonté de disposer d’un Premier ministre pur jus.

Avec 52 sièges qui lui reviennent à l’issue des législatives du 6 octobre, Ennahdha qui ne dispose pas de la majorité (109), et conduit depuis des négociations ardues en vue de la formation d’un nouveau gouvernement, fait preuve d’une appétence sans égale.
La preuve ? Il ambitionne de faire main basse et sur le législatif et sur l’exécutif.

Ainsi, Ennahda entend présenter la candidature de Rached Ghannouchi pour « la présidence du Parlement », a déclaré Abdelkarim Harouni, chef du conseil de la choura, l’organe consultatif du parti, aux médias.
« La priorité va au Parlement, parce que c’est au sein de l’Assemblée que les lois et les décisions sont prises », a-t-il expliqué.

Le parti Ennahdha n’a en revanche toujours pas indiqué à quelle personnalité il souhaitait confier la tâche de former un nouveau gouvernement.
Il a pour cela jusqu’à vendredi prochain.

A. Harouni a affirmé que le nom de Rached Ghannouchi avait été précédemment suggéré par le conseil de la choura pour tenir ce rôle, avant qu’il ne soit décidé de donner la priorité au Parlement, a-t-il expliqué.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.