H. Chabat dans la mouise: La fronde istiqlalienne s’élargit

Rien ne va plus au sein du parti de l’Istiqlal. Le souffle de la fronde qui secoue les arcanes de la direction du parti n’est pas prêt de baisser d’intensité. Bien au contraire. Mardi 28 mars, c’est au domicile de Hamdi Ould Errachid, à Rabat, qu’une nouvelle tornade s’est formée au sein des députés et des conseillers istiqlaliens. Objectif, souffler la tête de Hamid Chabat dont le bilan a été copieusement critiqué. Pas moins de 36 députés sur les 46 que compte le parti de l’Istiqlal au sein de la Chambre des représentants et 22 conseillers sur les 25 siégeant à la Chambre des conseillers exigent le départ du leader désormais honni. A cet appel se sont joints 14 membres du Comité exécutif (sur 21) du parti, Hamdi Ould Errachid en tête. «Nous ne cautionnons plus ses décisions inacceptables et illégales. Il a promis de partir mais il ne l’a pas encore fait », a assuré l’hôte de cette réunion qui fera date dans les annales de l’Istiqlal.
Hamid Chabat est assurément dans la mouise. Il n‘a pas perdu que la majorité de ses soutiens au sein du Comité exécutif, mais aussi l’estime d’une bonne majorité de la famille istiqlalienne. Un de ses derniers forfaits décrié est d’avoir outrepassé la décision de la justice, en maintenant les sanctions contre Yasmina Baddou et Karim Ghellab, et désigné, dans la foulée, quatre nouveaux membres au Comité exécutif en remplacement notamment de ces deux derniers. Pas de quoi rendre sain l’exercice de la démocratie interne. De plus en plus isolé, H. Chabat est victime d’un rouleau compresseur qui le pousse vers la sortie. Sans ménagement !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.