Immigration clandestine: Paris a expulsé plus d’un millier de Marocains
Immigration clandestine: Paris a expulsé plus d’un millier de Marocains

Un récent rapport parlementaire signale que la France a expulsé 1.161 Marocains en 2018.
Les Marocains figurent à la quatrième place par nationalité des personnes expulsées, les Albanais occupant la première place (2.112), suivis par les Roumains (1.909), les Algériens (1.525) et les Soudanais (872).

A en croire le rapport d’un collectif d’associations, les Centres de rétention administrative (CRA), passage menant généralement à une expulsion, avaient accueilli 2.286 Marocains à fin 2018, soit 9,2% du total.
Les ressortissants marocains viennent ainsi à la troisième place après les Algériens (3.640, soit 14,6 %) et les Albanais (2.451, soit 9,8 % du total).

Ce rapport révèle non seulement les difficiles conditions de vie dans les CRA, mais surtout les violations de la loi commises par les autorités françaises: en général, il est question d’expulsions effectuées avant que la procédure en justice ne soit terminée ou même entamée.
C’est le cas d’un ressortissant marocain expulsé le jour de sa première audience devant un tribunal.

Mais les autorités semblent avoir un autre souci plus important et qui est plutôt d’ordre financier.
Le rapport parlementaire français déplore le coût financier jugé exorbitant des expulsions et qui s’est situé en 2018 à quelque 500 millions d’euros.
Les parlementaires français soulignent qu’une aide financière au retour coûte six fois moins cher qu’une expulsion.
Une expulsion, tous frais compris (procédure, hébergement, transport, escorte…), coûte une moyenne de 13.800 euros alors qu’une aide au retour se situe généralement aux alentours de 2.500 euros.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.