Immigration clandestine: Vague d’expulsions de Marocains d’Italie
Immigration clandestine: Vague d’expulsions de Marocains d’Italie

Rome compte sévir contre l’immigration clandestine.
Dans le lot, nombre de ressortissants marocains illégalement établis en Italie tombent sous le coup des expulsions.

Les ministères italiens des Affaires étrangères et de la Justice ont récemment publié un décret ministériel visant à accélérer le traitement des demandes d’asile et le rapatriement des migrants clandestins de 13 pays, dont le Maroc.
Un processus appelé à durer dans le temps puisqu’il est question de gérer des milliers de dossiers.

Luigi Di Mayo et Alfonso Bonafede, ministres italiens respectifs des Affaires étrangères, et de la Justice, ont assuré devant les médias qu’un décret ministériel a été mis en branle pour lutter contre le phénomène de l’immigration clandestine.

Di Mayo a révélé que le décret ministériel, qu’il avait signé avec le ministre de la Justice, devra accélérer les opérations de rapatriement des migrants clandestins issus de 13 pays. Il s’agit du Maroc, de l’Algérie, la Tunisie, l’Albanie, la Bosnie, le Cap-Vert, le Ghana, le Kosovo, la Macédoine du Nord, le Monténégro, le Sénégal, la Serbie et l’Ukraine.

Le ministre de la Justice a expliqué que ces derniers représentent 30% des 7 000 migrants clandestins recensés cette année en Italie.
A. Bonafede a par ailleurs souligné que des accords de rapatriement avaient déjà été signés avec le Maroc et la Tunisie, mais doivent encore être ratifiés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.