Instabilité au Congo: Le Sud-Kivu dans la tourmente
Instabilité au Congo: Le Sud-Kivu dans la tourmente

Les initiatives se multiplient pour stopper les affrontements armés dans le Sud-Kivu, notamment sur les hauts plateaux, dans la plaine de Ruzizi ou de Fizi.
L’activisme des groupes armés congolais comme étrangers attise les tensions entre communautés. Un dialogue est en cours de préparation.

Samedi, le député Norbert Basengizi Katintima, qui a joué ces dernières semaines le rôle de modérateur, a remis au Premier ministre Sylvestre Ilunga son rapport, une analyse de quatre pages dans laquelle il fait plusieurs recommandations au gouvernement.
L’ancien vice-président de la Commission électorale se dit porte-voix de treize communautés du Sud-Kivu dont il est originaire.

Ses propositions visent à mettre un terme aux violences entre six de ces communautés, dont les Banyamulenges, les Bafulirus, les Banyindus, les Baviras et les Barundis. Car chacune d’entre elles a aujourd’hui son ou ses groupes armés.
Il faut donc les convaincre de déposer les armes, et cela passe par la mise en place d’un comité de suivi des opérations de désarmement et de réinsertion. Et si ces groupes acceptent, Norbert Basengizi Katintima suggère de les ramener eux aussi à la table d’un nouveau dialogue qui se ferait non plus seulement entre communautés, mais sous l’égide du gouvernement.

Autres suggestions : le retour des déplacés, leur prise en charge et l’engagement dans certains projets de développement identifiés par les communautés.
Il faudrait aussi entamer des contacts diplomatiques avec les pays voisins, et notamment le Rwanda et le Burundi accusés de se faire la guerre dans cette partie de la RDC en instrumentalisant les groupes armés congolais et étrangers.
Reste aussi la question de la mise en place de communes rurales par l’État, comme celle de Minembwe, dont la création a suscité des tensions entre communautés.

Au même moment, à Kinshasa, d’autres notables banyamulenges tirent la sonnette d’alarme. Ils évoquent un plan d’extermination et accusent les groupes armés des autres communautés, et mettent aussi en cause nommément des officiers de l’armée congolaise.  Depuis la mi-septembre selon l’ONU une centaine de morts issus de toutes les communautés ont été recensés et quelques 350 cases ont été brûlées.

À noter que plusieurs acteurs de la société civile du Sud-Kivu ont protesté contre le choix de Norbert Basengizi Katintima comme modérateur d’un dialogue entre communautés, rappelant son rôle notamment dans la rébellion du RCD, accusée d’avoir commis des massacres dans cette province.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.