Premier investisseur du pays, l’Etat compte augmenter, selon la feuille de route des Finances, sa part d’investissements pour l’année 2015.  Pas moins de 189 Milliards de dirhams (Vs 186 Mrds Dhs en 2014) sont alloués pour  la poursuite des projets lancés avec un effort d’accélération de leur rythme d’exécution et d’amélioration de leur impact sur les citoyens.

les efforts consentis ces dernières années en matière de consolidation de l’investissement public ont pour but d’accroître la confiance des opérateurs nationaux et internationaux dans l’économie nationale et d’améliorer sa compétitivité et ainsi stimuler l’investissement privé. Dans ce sens, le gouvernement poursuit sur sa lancée, comme en témoigne la loi des finances, en programmant un volume non négligeable d’investissements pour la poursuite des réalisations des grands chantiers d’infrastructure. L’objectif assigné à une telle option serait de redoubler d’efforts pour accélérer la cadence d’exécution des stratégies sectorielles, tout en veillant à la mise en place des conditions favorables à leur convergence ainsi que l’adoption des mécanismes de suivi et d’ajustement pour une meilleure utilisation des crédits alloués. Pour 2015, l’effort d’investissement global du secteur public, s’élevant tous supports inclus à 189 Mrds Dhs, est ventilé comme suit : 69,89 Mrds Dhs pour le Budget Général de l’Etat, les Comptes Spéciaux du Trésor et les SEGMA, en neutralisant les transferts du Budget Général vers les Entreprises et Etablissements Publics, les CST et les SEGMA ; 115 Mrds Dhs pour les Entreprises et Etablissements Publics, et 13 Mrds Dhs pour les Collectivités Territoriales.

Rationalisation et contrôle
Dans le but d’assurer la rationalisation des dépenses d’investissement, l’Exécutif compte adopter une approche basée sur la performance et la réalisation des objectifs. Ainsi, une programmation des dépenses d’investissement est prévue sur la base d’une évaluation objective prenant en considération les objectifs assignés, le coût des programmes et des projets, leur faisabilité, la durée d’exécution nécessaire, leur cohérence avec les priorités de l’action gouvernementale et la capacité de gestion des ordonnateurs. Il est prévu aussi d’accélérer le rythme d’exécution du budget d’investissement en donnant la priorité à l’apurement des crédits reportés relatifs aux projets en cours d’exécution, d’une part, et aux projets faisant l’objet des accords nationaux et internationaux d’autre part, avec la collaboration et l’accompagnement des services concernés du ministère de l’Economie et des Finances. Pour l’Exécutif, il est aussi question d’une rationalisation des dépenses liées aux études à travers la concrétisation et la valorisation des études déjà réalisées et leur exploitation mutuelle entre les différents départements dans les domaines à intervention commune, tout en les rapportant aux objectifs et résultats attendus et, enfin, l’interdiction de l’imputation des dépenses de fonctionnement dans le budget d’investissement.

BTP fer de lance
Dans le cadre d’une journée d’information organisée autour des marchés BTP du ministère de l’Equipement, du Transport et de la Logistique, prévus au titre de l’année 2015, le programme d’investissement dévoilé s’élève à 36 Milliards de dirhams, dans le cadre de la maîtrise d’ouvrage déléguée. Dans le détail, ce montant est réparti sur les secteurs des routes et autoroutes avec 9,74 Mrds Dhs, le secteur ferroviaire 4,70 Mrds Dhs et des ports 12,84 Mrds Dhs. Pour le secteur aérien l’investissement prévu est de 1,20 Mrds Dhs, celui du transport et de la logistique 161 M Dhs et des équipements publics 7,38 Mrds Dhs. Les investissements dans les infrastructures et équipements publics devraient plafonner à 166 Mrds Dhs au titre de la période 2012-2016, alors que ceux programmés pour la période 2015-2017 avoisinent les 900 Mrds Dhs. Le ministre en charge Aziz Rabbah, a souligné l’importance de l’investissement dans le secteur BTP, et a rappelé que le nouveau décret sur les marchés publics oblige de réserver 20 % des marchés aux petites et moyennes entreprises (PME). Dans ce sens, une série de mesures ont été décidées pour garantir les conditions de transparence, de compétitivité et de bonne gouvernance dans le secteur BTP, notamment la mise en place d’un système de qualification et de classification des entreprises BTP et la réforme de la réglementation des consultations.

Des projets entérinés
15,5Mrds Dhs, c’est le montant des projets d’investissements déjà approuvés en décembre 2014 par la commission interministérielle des investissements pour l’année 2015.Présidée par le Chef du gouvernement, ladite commission a dévoilé les 32 projets d’investissements qui devraient créer plus de 4.000 emplois l’année prochaine. Les porteurs de ces projets bénéficieront d’avantages fiscaux et d’exonérations douanières et bénéficieront du fonds de promotion d’investissement qui peut financer une partie de leurs investissements d’infrastructures. Industrie, énergie et eau et tourisme (avec moins de 3% de ces investissements) sont concernés. Ainsi les projets industriels représentent près de 12 Mrds Dhs d’investissements et devraient créer plus de 85% des emplois escomptés. Néanmoins, c’est un projet de l’OCP qui totalise presque toute l’enveloppe. L’Office chérifien du phosphate projette d’investir près de 10 Mrds Dhs l’année prochaine dans des projets industriels à forte valeur ajoutée. Vient ensuite l’éolien pour un projet estimé à 1,8Mrds Dhs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.