Jerada toujours sur des charbons ardents: Une grève générale ce vendredi!

Jerada toujours sur des charbons ardents: Une grève générale ce vendredi!

 

Jerada sera-t-elle « ville morte » vendredi, jour choisi par les jeunes en colère pour protester contre la marginalisation socio-économique qui les affecte ? La question se pose à l’heure où les responsables locaux ont communiqué sur l’accord obtenu en vue de désamorcer la crise. Et c’est même le wali de la région de l’Oriental, gouverneur de la préfecture d’Oujda-Angad, Mouad El Jamai, qui a fait part des alternatives proposées aux jeunes de Jerada lors d’une session extraordinaire du Conseil de la région de l’Oriental, qui s’est tenue lundi 15 janvier. Mais rien n’y fait. Autant dire que les termes de l’accord ne répondent pas aux attentes de la population locale exaspérée à l’idée de voir les officiels user de faux fuyants pour diviser les rangs des contestataires.

Qu’a-t-on donc proposé de concret pour dépasser une crise qui s’avère plus structurelle que conjoncturelle ? Une dépêche de l’agence MAP détaille « ce plan d’urgence qui place le citoyen au centre des préoccupations vient en interaction avec les revendications de la population locale », selon le wali qui, par ailleurs, rappelle que d’autres mesures seront prises, à moyen et long termes, en vue de créer une alternative économique efficiente et favoriser la mise à niveau de l’espace territorial. Ledit plan est constitué de plusieurs mesures d’urgence dont la résolution de la situation des exploitants des puits de charbon de façon anarchique, en vue d’améliorer leur condition de travail et leur assurer la sécurité et la protection sociale, le contrôle des permis d’exploitation et le respect des règles et lois en vigueur et la réalisation d’une étude pour trouver une solution à la sécurisation des anciennes mines dans les communes de Sidi Boubker et Touisset. En sus, l’accélération des travaux en cours pour la réalisation de la carte géologique devant définir le potentiel minier de la province est envisagée et une enveloppe de 4 MDH sera consacrée au lancement d’une opération de fermeture des puits de charbon désaffectés pour éviter les dangers qu’ils représentent.

En parallèle, engagement est pris pour la réalisation d’une 5e unité de production au niveau de la station thermique de Jerada et d’une nouvelle station thermosolaire à Aïn Béni Mathar. L’objectif étant que la priorité en termes d’emploi dans la 4e unité de la station de Jerada, qui est fin prête, ainsi que dans la 5e soit accordée aux jeunes de la province, qui vont bénéficier de sessions de formation dans ce domaine. On invite ainsi les fils de la région à s’organiser en coopératives. Et la signature d’un contrat avec l’Office national de l’électricité permettra la création d’emplois dans les domaines du transport et du charbon, gardiennage et autres activités de sous-traitance, et ce dans le cadre des règlements en vigueur.

Par ailleurs, on prévoit aussi l’intégration des jeunes de la province dans les pôles industriels nationaux (Kénitra et Tanger) et l’inscription de plus de 500 femmes de la province pour bénéficier d’un travail saisonnier dans le sud de l’Espagne.

L’accord prévoit aussi la levée de la saisie conservatoire des biens immobiliers des Charbonnages du Maroc (CDM), pour faciliter l’opération de cession de quelque 325 logements, l’ouverture d’une enquête concernant le processus de liquidation des CDM, et la création d’une commission de suivi présidée par le ministre de l’Energie, pour examiner les points en suspens dans l’accord social, signé suite la fermeture de la mine de Jerada en 1998.

Même le traitement de la problématique des déchets miniers, à travers notamment la réalisation d’une décharge pour le stockage et l’enfouissement des cendres, est programmé. Outre la mise en place de canalisation pour le rejet des eaux utilisées dans la station, la généralisation de l’assainissement liquide dans les centres urbains de Touisset et Ain Béni Mathar, la création de deux stations de traitement, et la plantation de 10.000 arbres aux alentours de la station thermique et ses unités de production.

Dans ce panier de mesures, l’ONEE est sollicité pour deux ambulances à mettre à la disposition des services du ministère de la Santé à Jerada, l’organisation de campagnes médicales au profit des mineurs de charbon et leurs familles, et la création de nouvelles spécialités au sein de l’hôpital provincial.

Plus, une commission a été chargée par l’ONEE pour la réalisation d’un contrôle des compteurs d’eau et d’électricité et détecter d’éventuels dysfonctionnements, l’application de la facturation mensuelle sur la base d’un relevé mensuel de consommation, le rétablissement de la relation commerciale avec les points externes de paiement des factures d’électricité et la présentation de facilités de paiement des arriérés et leur rééchelonnement et la non-comptabilisation des pénalités dues au retard de paiement. L’ONEE s’engage aussi à opter pour l’installation de compteurs prépayés en zone urbaine, et ce après accomplissement des procédures réglementaires.

Si tout ce train de mesures avancé par les autorités locales dans le cadre d’un accord négocié reste bloqué, c’est qu’elles ont parié sur le mauvais cheval. En effet, les partenaires locaux choisis dans ce cadre là sont jugés peu crédibles par les mineurs en colère. D’où le blocage… Voire le pourrissement de la situation sachant que l’une des revendications de la population locale n’a pas été prise en charge : l’ouverture d’une enquête sur le cartel du charbon qui sévit dans la région.

En attendant, Jerada reste sur des charbons ardents. A charge pour les autorités de changer le fusil d’épaule en faisant preuve d’une grande capacité d’écoute. La région comme le pays n’ont que faire de la multiplication des surenchères. Saura-t-on trouver le bon filon pour rendre le calme à la province ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.