La justice en faveur de la reprise de l’activité de la Samir

La justice en faveur de la reprise de l’activité de la Samir
N’ayant pas pu redémarrer la production de la raffinerie de Mohammedia, le syndic de la Samir, Mohamed El Krimi, avait déposé le 10 juin une demande de prolongation de continuation d’activité de 6 mois. Celle-ci vient d’être acceptée aujourd’hui par le tribunal de commerce de Casablanca.
Désormais, la continuation de l’activité de la Samir est autorisée pour 6 mois supplémentaires. Un jour après la date d’expiration des trois mois d’autorisation de continuation d’activité (20 juin), le tribunal de commerce de Casablanca vient de décider d’accorder un nouveau délai de grâce au syndic afin qu’il puisse redémarrer l’activité au sein du raffineur. La reprise de l’activité encouragée par le tribunal dans son jugement de liquidation devrait aider à redonner de la valeur à l’usine de Mohammedia. Une revalorisation de l’entreprise qui demeure plus qu’importante pour garantir un prix de vente équivalant aux montants des créances.
Cependant, le redémarrage ne s’avère pas du tout facile. La première entrave qui se dresse devant une telle ambition demeure le problème de l’approvisionnement. « Qui va nous donner du brut pour commencer ? », s’est interrogé un samirien en soutenant que « la tâche du syndic n’est pas facile ». Ne cachant pas son pessimisme ce dernier croit que seul l’Etat est capable d’intervenir pour lever cette entrave. Rappelons que le Front local constitué des syndicats et des partis politiques et ONG de la ville de Mohammedia a réitéré lors d’une table ronde organisée mardi son appel à un retour de l’Etat dans le capital de la Samir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.