Erreur de la base de données WordPress : [Got error 28 from storage engine]
SELECT `wp_adrotate`.`id`, `wp_adrotate`.`title`, `wp_adrotate`.`bannercode`, `wp_adrotate`.`image`, `wp_adrotate`.`tracker`, `wp_adrotate_linkmeta`.`group` FROM `wp_adrotate`, `wp_adrotate_linkmeta` WHERE ( `wp_adrotate_linkmeta`.`group` = 1) AND `wp_adrotate_linkmeta`.`user` = 0 AND `wp_adrotate`.`id` = `wp_adrotate_linkmeta`.`ad` AND (`wp_adrotate`.`type` = 'active' OR `wp_adrotate`.`type` = '2days' OR `wp_adrotate`.`type` = '7days') GROUP BY `wp_adrotate`.`id` ORDER BY `wp_adrotate`.`id`;

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a franchi à bord de son train blindé la frontière russe, mercredi 24 avril, pour se rendre à son premier sommet avec le Président Vladimir Poutine. C’est la première visite du dirigeant nord-coréen en Russie. Le dirigeant nord-coréen, qui aurait dû se rendre à Moscou en mai 2015 pour les 70 ans de la victoire des Alliés lors de la Seconde Guerre mondiale, y avait renoncé quelques jours auparavant.

Cette rencontre sera également la première entrevue avec un chef d’État étranger depuis son retour de Hanoï, où il avait rencontré Donald Trump en février dernier.

Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, avait confirmé plus tôt ce rendez-vous entre les deux chefs d’Etat. D’autres sources avaient suggéré que les deux chefs d’Etat se rencontreraient sur l’île de Roussky, près de Vladivostok. Si l’agenda officiel des discussions n’a pas encore été dévoilé, les deux dirigeants aborderaient à l’occasion des dossiers de sécurité internationale et de dénucléarisation de la péninsule coréenne.

La tenue de ce sommet survient dans un contexte d’impasse des négociations entre Pyongyang et Washington sur la dénucléarisation de la péninsule, depuis le fiasco du sommet de Hanoï en février. Le 20 avril, la Corée du Nord a accusé le conseiller à la sécurité nationale de la Maison blanche John Bolton de faire des commentaires «stupides» sur l’état des discussions américano-nord-coréennes. Il s’agit du deuxième haut responsable américain visé par des critiques de Pyongyang ces derniers jours. Le 18 avril, quelques heures après avoir annoncé l’essai d’une nouvelle arme, la Corée du Nord avait réclamé le retrait du secrétaire d’Etat Mike Pompeo des discussions en l’accusant de manquer de prudence et de maturité.

Autre élément de contexte : récemment, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a supervisé le tir d’essai d’une nouvelle «arme tactique guidée», selon les médias d’Etat nord-coréens. Cet essai a permis de vérifier le fonctionnement du «système particulier de guidage en vol et le chargement d’une puissante ogive», a affirmé l’agence officielle KCNA. Kim Jong-un a qualifié ce test d’«événement d’une très grande importance pour accroître la puissance de combat de l’Armée populaire [nord-coréenne]», selon la même source.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.