La fronde cible encore la tête du PAM : H. Benchamach face au syndrome I. El Omary !

H. Benchamach face au syndrome I. El Omary !
H. Benchamach face au syndrome I. El Omary !

Le PAM a mal à sa tête. Et ce malaise n’est pas tributaire de la gifle/coup de tête assené à Hakim Benchamach, patron du PAM contesté depuis des mois déjà, par Ibrahim El Joumani lors de la séance plénière consacrée à l’élection des membres du bureau de la Chambre des représentants, jeudi 18 avril, dernier. Le vrai coup qui risque d’ébranler définitivement le Président de la Deuxième chambre a trait à l’appel lancé par un quintet qui compte parmi les fondateurs du PAM.

Hassan Benaddi, Mohamed Cheikh Biadillah et Mustapha Bakkoury) ainsi que deux fondateurs qui avaient fait partie du MTD avant de fonder le PAM (Ali Belhaj et Mohamed Benhamou) désavouent la direction actuelle dont la gestion du parti relève plus des « futilités » et des « calculs opportunistes »  que d’autre chose. Le texte de l’appel fait le constat d’une « crise qui prend de l’ampleur » au sein du PAM au risque d’empêcher ce parti de contribuer à relever les défis majeurs qui se posent à tous les acteurs politiques et notamment les nombreuses réformes engagées. Une fois le constat d’errements et dysfonctionnements qui n’obéissent pas à une logique politique établi, ledit comité autoproclamé s’appuie sur sa « légitimité » pour s’adresser aux militants pour s’assurer des correctifs nécessaires, pour un retour du PAM à ses fondamentaux et pour un fonctionnement normal à l’intérieur du parti.

Cette sortie des cadors du PAM constitue un réel désaveu pour Benchamach qui s’est porté pale  lors de la réunion du bureau fédéral samedi 20 avril dernier au cours de laquelle un appel a été lancé pour accélérer les préparatifs du prochain congrès tout en adoptant une proposition de composition du comité préparatoire de congrès décisif qui pourrait renouveler totalement la direction du parti. Un conseil national du PAM se réunira le 5 mai. C’est à lui qu’il appartient de fixer la date du prochain congrès. L’ « appel à la responsabilité » qui a sanctionné les travaux du bureau fédéral n’a pas manqué, lui aussi, d’attirer l’attention sur « l’aggravation de la situation au sein du PAM et la détérioration du climat et des rapports au sein de ses instances dirigeantes, qui menacent de le précipiter dans une crise qui pourrait totalement le disqualifier et annihiler ses capacités à relever les défis du présent et à se hisser au niveau des défis à venir ».

Pour rappel, le bureau politique du PAM s’était réuni le 16 avril sous la présidence de H. Benchemach, et avait lui aussi fixé la réunion du Conseil national au 5 mai. Avec les mêmes enjeux… Autant dire que la formation du « tracteur » connaît des ratés qui ne sont pas sans rappeler ceux qui avaient porté la crise à son paroxysme sous la présidence d’un Ilyas El Omary qui, pour le coup, brille par son absence.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.