La Ghouta orientale sent fort le chlore: Qui alimente cette usine à gaz?

La Ghouta orientale sent fort le chlore: Qui alimente cette usine à gaz?

 

Les États-Unis ne lâchent rien et ont demandé au Conseil de sécurité de l’ONU d’ouvrir une nouvelle enquête sur l’usage d’armes chimiques en Syrie, après des rapports faisant état d’attaques au gaz de chlore dans la région de la Ghouta orientale, rapporte l’AFP.

Des diplomates des Nations unies se sont rencontrés jeudi pour discuter de ce projet de résolution américain, motivé par les informations véhiculées par l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) sur 14 cas de suffocation, dont celui d’un enfant décédé, probablement liés à une attaque au gaz de chlore en février.

Selon le projet de texte présenté au Conseil de sécurité mercredi, une commission d’enquête de l’ONU, l’UNIMI, se chargerait pendant un an «d’identifier les auteurs d’attaques à l’arme chimique en Syrie».

Il y a trois mois, la Russie avait déjà mis fin à une enquête dirigée par les Nations unies, en opposant son veto à un vote sur son renouvellement.

En janvier, Moscou a proposé une résolution prévoyant un nouvel organisme d’enquête. Ce dernier a été jugé «inacceptable» par les États-Unis, le Royaume-Uni et la France.

L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) a identifié des dizaines d’attaques à l’arme chimique en Syrie, mais son mandat ne lui permet pas d’en déterminer les auteurs.

En juin 2017, l’OIAC a confirmé que du gaz sarin avait été utilisé lors de l’attaque aérienne sur Khan Cheikhoun le 4 avril. Les experts de l’ONU avaient conclu en octobre que Damas était responsable de ses attaques. Accusations rejetées par Moscou et par Damas.

A rappeler que Bashar Jaafari, représentant de la Syrie aux Nations Unies avait fait état, il y a quelques jours, à New York, de l’infiltration de quantités de chlore depuis la Turquie en prévision de l’utilisation de ce gaz mortel par les terroristes tout en accablant l’armée syrienne d’y avoir recours. Qui alimente dès lors cette usine à gaz qui met en état d’alerte les puissances occidentales… Celles-ci qui auront aussi été avisées quant à la prédisposition de la Russie, puissance pour laquelle le dossier du potentiel gaz syrien est caduc, à défendre ses alliés contre toute attaque balistique d’envergure.

La Russie demande aux États-Unis de ne pas recourir au faux prétexte des attaques chimiques pour justifier ses frappes contre les installations gouvernementales syriennes, a indiqué l’ambassade russe à Washington.

L’ambassade russe à Washington a déclaré via Facebook que les USA continuaient à utiliser les accusations sans fondement de l’emploi par Damas d’agents toxiques comme un instrument géopolitique anti-syrien.

«Les récents appels lancés par les représentants de l’administration américaine pour demander des comptes à la Russie concernant l’utilisation présumée d’armes chimiques par Damas sont une illustration d’un cynisme pur. Cela se produit dans le contexte où l’administration reconnaît elle-même l’absence de preuves à cet égard. De telles preuves n’ont jamais existé auparavant. Les fausses affirmations des Casques blancs, qui se sont totalement discrédités eux-mêmes, ainsi que d’autres organisations non gouvernementales pseudo-humanitaires à la solde de l’Occident, ne sont rien d’autre qu’une farce de pacotille», indique l’ambassade.

Couloir humanitaire sous le feu

Dans la Ghouta orientale, force est de souligner que l’armée syrienne grignote du terrain alors que les djihadistes arrosent de tirs les civils qui tentaient de fuir les combats, tuant quatre personnes.

Le Centre russe de réconciliation des parties en conflit en Syrie a annoncé que quatre civils tentant de fuir les combats dans la Ghouta orientale avaient trouvé la mort le 28 février après avoir été touchés par des tirs de Jaych al-Islam. Les victimes tentaient de quitter la zone à travers le couloir humanitaire. Selon cette même source, des «civils désespérés» auraient ensuite tué trois combattants lors d’affrontements.

Le général Vladimir Zolotoukhine, porte-parole du Centre russe de réconciliation en Syrie, a une nouvelle fois accusé les rebelles islamistes implantés dans la zone d’empêcher les civils de fuir et de saboter les tentatives d’opération humanitaire sur place.

D’après le responsable, les rebelles islamistes refuseraient de laisser passer les civils par le corridor humanitaire, même contre de l’argent. En outre, Vladimir Zolotoukhine a accusé les rebelles de confisquer les voitures des habitants «à leurs propres fins», de créer une pénurie de nourriture et de médicaments pour les civils, et d’interdire l’utilisation de la radio, de la télévision et des téléphones portables.

En plus d’empêcher les civils de fuir, les groupes armés présents dans la Ghouta, parmi lesquels on retrouve plusieurs organisations terroristes telles que Fath al-Cham (alias Front al-Nosra, lié à al-Qaïda), refusent toujours d’observer le cessez-le-feu.

Depuis l’introduction, le 27 février, d’une trêve humanitaire quotidienne de cinq heures visant à éviter les pertes civiles, la population n’a toujours pas réussi à fuir la zone de conflit à cause des combats.

Région à la fois urbaine et agricole située en banlieue de Damas, la Ghouta est le dernier bastion islamiste dans cette région. Un territoire d’où les différents groupes armés effectuent des bombardements récurrents sur Damas, faisant de nombreuses victimes civiles.

Hécatombe parmi les Turcs à Afrin

Dans le Nord syrien, force est de souligner que la Turquie a essuyé jeudi 1er mars de lourdes pertes dans le cadre de son offensive contre une milice kurde. L’état-major turc a annonçé que huit soldats avaient été tués et 13 autres blessés.

Ce bilan, donné par l’armée turque dans deux communiqués séparés, fait de la journée de jeudi l’une des plus meurtrières pour Ankara depuis le déclenchement de son opération militaire contre la milice kurde syrienne des Unités de protection du peuple (YPG) dans la région d’Afrin le 20 janvier. « Dans le cadre des opérations à Afrin, cinq de nos compagnons d’armes héroïques sont tombés en martyrs et sept ont été blessés » jeudi, a déclaré l’état-major dans un premier communiqué.

Peu après, l’état-major annonçait que trois autres soldats avaient été tués et six blessés, sans toutefois donner de précisions quant aux circonstances dans lesquelles cela s’était produit.

L’agence de presse Dogan a rapporté que d’intenses combats avaient éclaté dans l’après-midi entre des unités des forces spéciales turques récemment déployées à Afrin et des membres des YPG, qui ont notamment tendu une embuscade en utilisant des tunnels.

D’après Dogan, un hélicoptère turc dépêché pour évacuer les blessés a dû se replier après avoir été touché par un tir. Il a fallu que des avions pilonnent la zone pour permettre aux victimes d’être rapatriées.

Les pertes essuyées par Ankara jeudi portent à au moins 40 le nombre des soldats turcs tués depuis le début de cette offensive, baptisée « Rameau d’olivier ».

La Turquie considère les YPG comme une organisation « terroriste », étroitement liée au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), un groupe qui est engagé dans une sanglante guérilla sur le sol turc depuis 1984. Cependant, les YPG sont soutenues par les Etats-Unis et ont été le fer de lance au sol, en Syrie, de la coalition internationale qui combat Daech.

La situation s’est compliquée avec le déploiement, il y a une dizaine de jours, d’éléments favorables au régime dans l’enclave d’Afrin, les observateurs mettant en garde contre un risque accru de collision entre les forces d’Ankara et celles de Damas.

Par ailleurs, Ankara a rejeté cette semaine l’appel des Etats-Unis à appliquer la trêve humanitaire que réclame le Conseil de sécurité des Nations unies en Syrie, Ankara estimant que la résolution onusienne ne concernait pas son opération.

Le Comité international de la Croix-Rouge a fait savoir qu’un convoi d’aide humanitaire était entré jeudi dans la région d’Afrin, pour la première fois depuis le début de l’offensive turque qui a touché durement les civils.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.