La grogne plane sur Kasserine : Un journaliste s’immole…

La grogne plane sur Kasserine Un journaliste s’immole…
La grogne plane sur Kasserine Un journaliste s’immole…

Erreur de la base de données WordPress : [Got error 28 from storage engine]
SELECT `wp_adrotate`.`id`, `wp_adrotate`.`title`, `wp_adrotate`.`bannercode`, `wp_adrotate`.`image`, `wp_adrotate`.`tracker`, `wp_adrotate_linkmeta`.`group` FROM `wp_adrotate`, `wp_adrotate_linkmeta` WHERE ( `wp_adrotate_linkmeta`.`group` = 1) AND `wp_adrotate_linkmeta`.`user` = 0 AND `wp_adrotate`.`id` = `wp_adrotate_linkmeta`.`ad` AND (`wp_adrotate`.`type` = 'active' OR `wp_adrotate`.`type` = '2days' OR `wp_adrotate`.`type` = '7days') GROUP BY `wp_adrotate`.`id` ORDER BY `wp_adrotate`.`id`;

La colère gronde à Kasserine après la mort tragique du correspondant de Telvza TV, Abderrazak Zorgui. D’après des sources concordantes, un groupe de jeunes a procédé au blocage du croisement de la Cité Ennour du centre-ville de Kasserine. Pour exprimer leur colère, les manifestants ont également mis le feu dans des pneus.


Le jeune journaliste s’est immolé par le feu lundi 24 décembre 2018. Avant son passage à l’acte, il a diffusé une vidéo live sur Facebook où il avait déploré la situation sociale difficile et les conditions de vie insupportables, face à la sourde oreille des autorités. Le défunt avait appelé à se soulever contre l’injustice et le chômage affirmant qu’il souhaitait que son geste désespéré trouve écho et que les jeunes de Kasserine trouvent des emplois.
Sur les ondes de Mosaïque Fm mardi 25 décembre 2018, le porte-parole du ministère de l’intérieur Sofiene Zaag a annoncé que 6 policiers ont été blessés lors des affrontements qui ont eu lieu dans la soirée du lundi 24 décembre dans la ville de Kasserine. S. Zaag a précisé que les manifestants ont attaqué les policiers à coups de pierres. Ils ont également bloqué les routes en mettant le feu à des pneus. Les sécuritaires ont de leur coté procédé à l’arrestation de plusieurs manifestants.
Rappelons que le jeune journaliste a mis fin à ses jours après s’être immolé par le feu à la place des martyrs à Kasserine…
Si les projecteurs sont actuellement braqués sur la ville de Kasserine, bien des analystes craignent que la Tunisie ne bascule dans le chaos après que l’UGTT aie décidé de maintenir son mot d’ordre de grève en janvier. Une grève qualifiée d’historique par la puissante centrale syndicale qui proteste contre l’incurie du gouvernement Chahed.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.