La guerre des clans au PAM: Ce n’est pas que du flan…
La guerre des clans au PAM: Ce n’est pas que du flan…

Erreur de la base de données WordPress : [Got error 28 from storage engine]
SELECT `wp_adrotate`.`id`, `wp_adrotate`.`title`, `wp_adrotate`.`bannercode`, `wp_adrotate`.`image`, `wp_adrotate`.`tracker`, `wp_adrotate_linkmeta`.`group` FROM `wp_adrotate`, `wp_adrotate_linkmeta` WHERE ( `wp_adrotate_linkmeta`.`group` = 1) AND `wp_adrotate_linkmeta`.`user` = 0 AND `wp_adrotate`.`id` = `wp_adrotate_linkmeta`.`ad` AND (`wp_adrotate`.`type` = 'active' OR `wp_adrotate`.`type` = '2days' OR `wp_adrotate`.`type` = '7days') GROUP BY `wp_adrotate`.`id` ORDER BY `wp_adrotate`.`id`;

Le théorème de l’effondrement n’est pas inhérent à la sphère économique. Pour l’univers politique aussi, pareille perspective peut poindre à l’horizon. Avec ce que cela engendre comme dégâts. En plein maelström, le PAM n’est toujours pas à l’abri d’un… effondrement.

Fatima Zahra Mansouri, pasionaria du PAM, est sortie des bois pour pointer les déboires qui menacent jusqu’à l’existence même de la deuxième force politique électorale du pays.
En tête desquelles la présidente du Conseil national du PAM, évoque dans un communiqué diffusé le 28 mai, « la situation organisationnelle » marquée par des « remous malsains qui ont abouti à des décisions et comportements négatifs qui peuvent mener inévitablement, s’ils ne sont pas réglés avec sagesse et maturité, à l’effondrement du parti ».

Plus, elle dresse un tableau des plus sombres de la situation du PAM. « Nos erreurs organisationnelles successives, la course au pouvoir sans conscience de l’appartenance collective au parti, les dépassements des appareils du parti sous couvert de calculs personnels (…) ont fait sombrer notre parti dans un feuilleton peu enviable », déplore-t-elle.

F.Z Mansouri rejette « toutes les manœuvres qui cherchent à perturber la décision du Conseil national pour la tenue du congrès national » et dénonce, dans la foulée, « les règlements de comptes immoraux, le dépassement des lois et appareils du parti, le gel arbitraire des fonctions de membres fondateurs, responsables et militants du parti, l’abus de pouvoir pour prendre des décisions qui ne confortent que certaines relations privées au sein du parti »… Se mouche donc celui qui se sent morveux.

Autant dire que le PAM est traversé de part en part par une crise alimentée par des clans, des coteries et des intérêts peu ragoutants qui vont jusqu’à user de l’arme des faibles : « la diffamation ».
le tableau est noir. Et ce n’est pas du flan que de le souligner.

La sortie de la présidente du parlement du PAM intervient, rappelle-t-on, au lendemain de la décision prise par le secrétaire général à l’encontre d’Ahmed Akhchichine, démis le 26 mai dernier de sa fonction de membre du bureau politique.
Hakim Benchamach, patron contesté de la formation, reproche notamment à son numéro deux d’avoir « stimulé la division, attisé les tensions, et pris part à un putsch contre la volonté démocratique et réglementaire de tout parti qui se respecte durant la première réunion du comité préparatoire du 4e congrès national ». Rien que ça!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.