La planète bleue brûle: L’ONU sonne le tocsin

La planète bleue brûle: L’ONU sonne le tocsin
La planète bleue brûle: L’ONU sonne le tocsin

Un rapport récent de L’ONU invite, dans un récent rapport, les politiques à opérer des changements dans les modèles économiques, tandis que le secrétaire général des Nations unies a appelé lundi les gouvernements « à ne plus perdre de temps ». Les signes que l’Homme détruit son unique planète se font de plus en plus visibles. Dans ce contexte, l’ONU a préparé un rapport pour un développement durable sur Terre : le Global Sustainable Development Report 2019. Dans un chapitre, les auteurs, des spécialistes de l’économie et de l’environnement, suggèrent d’opérer des ruptures dans les systèmes économiques.

D’après eux, les modèles économiques qui influencent les politiques des pays riches ne tiennent pas suffisamment compte de la dimension énergétique et des ressources disponibles : « les économies ont épuisé la capacité des écosystèmes planétaires à gérer les déchets générés par l’utilisation de l’énergie et des matériaux ». La planète a ses limites, la croissance ne peut être infinie sur Terre.

Les changements opérés par les gouvernements sont trop lents. Depuis la signature des accords de Paris, des pays ont mis en place des taxes sur le carbone, pour forcer les entreprises à opérer une transition énergétique qui émette moins de CO2. Mais pour les auteurs, cette approche reste insuffisante : « Alors que les économistes mettent généralement l’accent sur la tarification du carbone en tant qu’outil politique de lutte contre le changement climatique, les scientifiques de la nature et les groupes de recherche multidisciplinaires sur l’environnement préconisent un engagement politique plus profond et une gouvernance proactive de la transition économique. » Pour eux, les taxes sur le carbone ne suffiront pas pour relever le défi : « Une action basée sur le marché ne suffira pas – même avec un prix du carbone élevé. » 

Lundi 10 septembre, le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a appelé dans un discours à une prise de conscience et à des changements rapides, dans les deux années qui viennent : « Si nous ne changeons pas d’orientation d’ici 2020, nous risquons (…) des conséquences désastreuses pour les humains et les systèmes naturels qui nous soutiennent. » Et d’ajouter que « le changement climatique va plus vite que nous. » Il explique dans une dépêche de l’AFP : « Nous avons les outils pour rendre nos actions efficaces mais nous manquons – même après l’accord de Paris – de leadership et d’ambition pour faire ce que nous devons faire. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.