La révolution automobile qui s’annonce en Chine: Tout sauf les moteurs à carburants fossiles…

La révolution automobile qui s’annonce en Chine: Tout sauf les moteurs à carburants fossiles…

La Chine a annoncé préparer « un calendrier » vers « une interdiction » de la production et de la vente de voitures à carburants fossiles: un pari titanesque pour le premier marché automobile mondial, qui s’apprête déjà à imposer aux constructeurs des quotas de véhicules propres.

Pékin serait-il prêt à emboîter le pas à la France et au Royaume-Uni, qui ont récemment dévoilé leur intention d’interdire la vente des voitures diesel ou essence sur leurs marchés d’ici 2040?

Pour donner corps à sa lutte anti-pollution, l’Empire du Milieu assure y réfléchir: des « études » sont entamées et le ministère de l’Industrie et des Technologies de l’information « va établir un calendrier en lien avec les administrations concernées », a indiqué le vice-ministre de l’Industrie Xin Guobin. Sont essentiellement concernées les voitures à essence, le diesel restant confidentiel en Chine.

« Les constructeurs devront, conformément aux exigences, améliorer le niveau d’économies d’énergie des voitures traditionnelles et développer vigoureusement les véhicules à énergies propres », a martelé M. Xin lors d’un discours à Tianjin (est) rapporté par les médias d’Etat.

Quel que soit le calendrier, le défi s’annonce herculéen: 28 millions de véhicules –dont 24,4 millions de voitures individuelles– ont été vendus l’an dernier en Chine.

Sur ce total, seulement 507.000 véhicules « à énergie nouvelle » (électriques et hybrides) –ce qui reste une goutte d’eau, en dépit d’un bond de 53%, encouragé par des primes gouvernementales et des facilités d’immatriculation.

« C’est un processus de long cours », observe Cui Dongshu, secrétaire général de l’influente Association chinoise des voitures individuelles. « Il sera difficile d’arrêter la production de véhicules traditionnels à carburant sur les deux prochaines décennies » et au-delà, la tâche restera particulièrement ardue pour les poids-lourds. Même vagues, les annonces du vice-ministre Xin ont contribué à faire bondir sur les Bourses chinoises les titres des constructeurs et équipementiers spécialistes de l’électrique, à commencer par BYD, le « Tesla chinois ». « Si la Chine dit non aux moteurs à combustion, le reste du monde suivra, car personne ne peut faire l’impasse sur la Chine, c’est un trop gros marché », souligne Bill Russo, directeur du cabinet GaoFeng Advisory à Shanghai.

Pour lui, Pékin veut faire en sorte que le déclin du moteur à combustion « intervienne selon un calendrier qui permette aux constructeurs chinois d’élaborer leurs solutions ». « Doper l’électrification, c’est aussi aplanir le marché pour les marques chinoises », auxquelles fait défaut l’avancée technique des occidentaux, estime-t-il. Le dossier n’est pas compliqué pour les seuls géants chinois, mais aussi pour quelques motoristes européens implantés en Chine.

Pour l’américain Ford, la nouvelle donne ne semble point l’affecter et assure que 70% de ses modèles vendus en Chine seront disponibles avec l’électrification en option d’ici 2025, et vient d’établir une joint-venture dédiée à l’électrique avec le chinois Zotye. « Une stratégie agressive pour proposer une gamme complète » de l’hybride au 100% électrique, insiste Anderson Chan, porte-parole de Ford en Chine. Quant au français Renault, dernier venu, il s’est adapté d’emblée aux nouvelles priorités de Pékin, et la perspective d’un quota ne l’effraie nullement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.