A l’ouverture de la huitième édition de la conférence de Moscou sur la sécurité internationale du 24 avril, plusieurs hauts responsables russes ont regretté que l’OTAN persiste à attiser les tensions et à présenter la Russie comme une menace pour l’Occident.

«L’OTAN essaie de présenter la Russie comme une menace majeure pour l’Occident, alors que cette manière de voir est tout à fait infondée», a ainsi déclaré le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou. «Le désir de présenter la Russie comme une menace majeure pour l’Occident domine la politique de l’Alliance de l’Atlantique Nord qui s’appuie sur le principe « Je l’ai imaginé et j’y ai cru ». C’est-à-dire qu’ils ont eux-mêmes inventé la menace russe, et cette menace leur fait peur», a souligné le responsable russe.

De son côté, le général Valéry Guérassimov, chef d’état-major des forces armées de la Fédération de Russie, a fait savoir que Moscou appelait l’Alliance atlantique à «cesser ses activités militaires près de ses frontières afin de réduire les tensions». «L’abandon des activités déstabilisantes des forces armées du bloc près des frontières occidentales de Russie ainsi que du déploiement des contingents supplémentaires et des infrastructures militaires dans les pays baltes et de l’Europe orientale […] peuvent constituer une condition importante en faveur d’une baisse des tensions», a-t-il ajouté.

Enfin, sur le thème également des rapports entre l’OTAN et Moscou, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a appelé l’organisation militaire à renoncer à l’escalade des tensions en Europe. «L’élargissement persistant de l’OTAN et le renforcement de ses capacités antimissiles et de l’infrastructure militaire à l’est ont mené à une grave crise de confiance dans la région euro-atlantique», a déclaré le chef de la diplomatie russe, dans le cadre de la conférence.

Le ministère russe de la Défense organise chaque année une conférence sur la sécurité internationale à Moscou, à laquelle participent de nombreux dignitaires internationaux. Celle-ci couvre cette année, notamment, les enjeux militaires modernes, la stabilisation de la Syrie et la sécurité régionale en Asie, en Afrique et en Amérique latine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.