L’armée malienne part à l’offensive: Débusquer les djihadistes…
L’armée malienne part à l’offensive: Débusquer les djihadistes…

Incapables d’endiguer les attaques surprises des djihadistes, les Forces armées maliennes (FAMa), qui subissent de nombreuses attaques, changent de tactique: elles quittent les postes les plus éloignés et les plus exposés pour se regrouper sur des places plus fortes. Et mener des contre-offensives.

L’armée malienne a vidé trois de ses positions isolées situées près de la frontière du Niger et du Burkina Faso. Il n’y a plus de camp de l’armée dans les localités d’Anderamboukane, Indelimane et de Labbézanga. Sur les réseaux sociaux, on a même vu des images d’enfants s’amusant sur les lieux désormais sans soldats.
Même si officiellement, il n’est pas question d’abandonner les populations, certains Maliens se posent la même question : « L’armée partie, qui nous protège désormais contre les terroristes et les criminels ? »

Au ministère malien de la Défense, on assure que les populations seront toujours protégées. Des unités mobiles seront très actives sur le terrain. Mais si les troupes maliennes changent de stratégie, il est clair que la posture dans laquelle elles étaient sur le terrain posait problème.
Les assaillants mènent une guerre asymétrique avec souvent le même mode d’opération : jets d’obus, pose de mines puis attaque de camps dans plusieurs positions.
Cela ne pouvait pas continuer. Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a demandé à son armée de changer de posture.
Voilà qui explique sous un jour nouveau les opérations menées actuellement par l’armée malienne dans le centre du pays. Fructueuse entreprise puisqu’on annoncé que plusieurs djihadistes ont été tués, assurait lundi le gouvernement.
Cette opération fait suite aux récentes attaques meurtrières qui ont causé la mort d’une centaine de soldats maliens en l’espace d’un mois.

L’actuelle offensive coïncide avec l’opération menée par le corps expéditionnaire français sous le code « Bourgou 4 »,  aux côtés des armées locales dans la région dite des trois frontières, Mali-Niger-Burkina Faso.

« Les forces de défense et de sécurité du Mali ont engagé depuis quelques jours une offensive de grande envergure contre les bases terroristes dans certaines localités du centre du pays », a indiqué le gouvernement malien dans le communiqué.
« Plusieurs terroristes » ont été tués, dit-il sans préciser le nombre, « des véhicules et motos brûlés, des cartes d’identité de plusieurs nationalités retrouvées sur les lieux et des effets militaires récupérés ».

Le gouvernement a par ailleurs formellement démenti la prise d’engins blindés par les djihadistes lors de leurs assauts récents contre les positions de l’armée malienne.
Les violences, qui ont démarré dans le nord, depuis 2012, se sont étendues au centre et aux pays voisins.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.