L’armée mexicaine gère les migrants: Grogne au Chiapas
L’armée mexicaine gère les migrants: Grogne au Chiapas

A Tapachula, ville de l’État du Chiapas où elle vient d’être déployée, la Garde nationale mexicaine est intervenue en début de semaine pour contenir une émeute provoquée par des migrants qui sont dans l’attente d’une régularisation de leur situation.
Un certain nombre d’entre eux étaient d’origine africaine. Ils disaient provenir du Cameroun, du Ghana, du Nigeria et du Congo notamment.

Confinés dans un nouveau centre de rétention au sud de Tapachula, des migrants africains, asiatiques et haïtiens se sont révoltés contre les autorités migratoires.
Appelés en renfort, une trentaine de membres de la Garde nationale sont intervenus pour mettre fin à cette mutinerie, pour rétablir l’ordre et rattraper ceux qui avaient tenté de s’enfuir.

Si ces migrants protestaient, c’était pour se plaindre des conditions sanitaires déplorables dans lesquelles ils vivent depuis plusieurs semaines.
C’était pour dénoncer la surpopulation dans ce centre d’hébergement et la promiscuité qu’elle entraîne. Et c’était aussi pour exiger une accélération des formalités migratoires qui pouvant leur permettent de sortir de là et pouvoir quitter le sud du Mexique pour se diriger vers le nord, vers les États-Unis.

Mais cette fois, ils se sont heurtés à l’intervention de la Garde nationale, qui est en train de se déployer sur la frontière avec le Guatemala, dans le but de freiner l’afflux des migrants. Six mille membres de ce nouveau corps de sécurité, formé pour l’instant d’éléments de la police militaire, ont été envoyés au Chiapas, où ils commencent à faire sentir leur présence.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.