En Algérie, le chef d’état-major de l’armée Ahmed Gaïd Salah a appelé mercredi 10 avril ses concitoyens à faire preuve de patience et surtout de faire attention aux manipulations étrangères. Le Général a mis à l’index des parties étrangères avec lesquelles l’Algérie a une histoire commune d’essayer de tirer profit de la situation actuelle. Pas besoin d’être clerc pour débusquer le pays ciblé.

« Durant cette nouvelle phase que traverse le pays, certaines parties étrangères avec lesquelles l’Algérie a un passif ont essayé de placer leurs propres hommes et d’en faire les représentants du peuple dans l’espoir de devenir les leaders de cette période de transition, a avancé Ahmed Gaïd Salah. Leur plan vise à déstabiliser le pays et diviser la population », a déclaré le chef d’état-major.

Pourtant, les officiels français donnaient l’impression de marcher sur des œufs dès lors qu’il s’agissait pour eux de commenter la révolte algérienne contre le système. Stratagème de l’armée pour faire baisser la tension de la rue ? Tout est possible. Surtout que les Algériens souhaitent chasser toutes les figures du « système » alors que cette ferme volonté se heurte à la Constitution algérienne, cadre légal duquel le chef d’état-major n’entend nullement sortir. Et comme pour faire passer la pilule d’une transition assurée par les hommes de l’ancien système, Ahmed Gaïd Salah promet de rouvrir des enquêtes concernant les grosses affaires de malversations qui ont secoué le pays ces dernières années.

« La justice a retrouvé ses pleins pouvoirs et elle va désormais travailler sans entraves, sans aucune pression et sans directives. Le gang qui est incriminé dans des affaires de détournements de biens publics va être poursuivi en justice, a-t-il assuré. Et afin que l’opinion publique soit rassurée, sachez que même les anciennes affaires criminelles et de malversations sont concernées. L’affaire Khalifa, la Sonatrach, la fameuse affaire d’importation de cocaïne, et bien d’autres affaires criminelles.

Et j’aimerais rappeler que je m’engage personnellement à appuyer les revendications populaires durant cette période importante. L’histoire me jugera et vous verrez que je n’ai aucune ambition personnelle. Ma seule volonté c’est d’être au service de mon pays afin de garantir sa sécurité et sa stabilité. »

Dans la foulée, le président algérien par intérim Abdelkader Bensalah a signé un décret fixant au 4 juillet l’élection présidentielle, a indiqué la présidence dans un communiqué. Mais les manifestants ne relâchent pas la pression sur le pouvoir, avec de nouvelles manifestations rejetant la nomination, la veille, de A. Bensalah. C’est donc avec appréhension que la journée du « vendredire » approche, bouclant ainsi sept semaines d’une contestation populaire.

Quelques milliers de manifestants se sont rassemblés mercredi près de la Grande poste, haut lieu des protestations depuis le 22 février qui avaient abouti à la démission de l’ancien président et qui menacent d’emporter « tout le système », comme le revendique la rue. La veille, la colère était montée d’un cran contre la nomination de A. Bensalah considéré par la rue comme un pilier du régime honni. Les unités anti-émeutes ont fait usage de gaz lacrymogènes et de canons à eaux contre les manifestants, pour la plupart des étudiants.

Anticipant la forte mobilisation populaire du vendredi 12 avril, Gaïd Salah a tenu à marquer son territoire en affirmant que « la préparation des élections présidentielles se fera avec l’accompagnement » de l’armée, « qui veillera au suivi de cette phase ». Le puissantissime général a également brandi la menace « de la part de certaines parties étrangères (…) de mettre à exécution leurs desseins visant à déstabiliser le pays ».

Plusieurs observateurs font valoir que ces mises en garde tout autant que la récente expulsion du directeur de l’Agence France-Presse (AFP) à Alger, sont annonciateurs d’un tour de vis répressif à l’encontre des manifestants qui promettent un vendredi « décisif » contre le système.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.