L’armée syrienne poursuit son offensive à Deraa: Une soixantaine de localités reconquises

L’armée syrienne poursuit son offensive à Deraa: Une soixantaine de localités reconquises

Les bombardements contre les secteurs encore tenus par les rebelles dans le sud de la Syrie ont repris mercredi soir après l’annonce par les insurgés de l’échec des efforts de négociation menée par la partie russe. Et l’état-major syrien a annoncé la reprise de plusieurs localités proches de la frontière avec la Jordanie. Les troupes syriennes ne sont désormais plus qu’à 2 kilomètres du Royaume hachémite. Des succès sur le terrain que les forces syriennes engrangent depuis le 19 juin, jour où la grande offensive a été lancée pour reprendre les territoires insurgés du sud syrien, secteur sensible qui borde la frontière avec la Jordanie et le plateau du Golan en majeure partie occupé par Israël. Lors de leur opération militaire dans le gouvernorat de Deraa, les troupes syriennes qui ont libéré 70 localités ont pris de nombreux matériels aux terroristes, à savoir des véhicules blindés, des pièces d’artillerie, des mortiers ou encore des systèmes de missiles antichars TOW (US) et Milan.
Selon une source de l’opposition proche des pourparlers, la délégation russe avait prévenu mardi les rebelles que mercredi serait le «dernier jour» pour les négociations et qu’ils devraient donner leur «réponse finale». Une pause dans les combats avait débuté il y a quatre jours pour ouvrir la voie à des négociations entre les Russes et les rebelles qui contrôlent encore des secteurs dans le sud. Mais les insurgés ont annoncé mercredi «l’échec» des négociations. Les Russes ont proposé que les rebelles remettent leurs artilleries lourde et moyenne et qu’ils rejoignent la vie civile ou s’enrôlent dans des forces progouvernementales anti-djihadistes. La partie russe a opposé son refus de tout transfert de combattants ou de civils vers d’autres régions insurgées en Syrie, comme ce fut le cas lors de la reprise d’autres bastions rebelles. Le plan prévoit aussi «le retour de l’armée dans ses casernes» et des institutions gouvernementales dans la région, ainsi que le déploiement de la police du régime.
«Les négociations n’ont abouti à aucun résultat: les Russes ont insisté pour que l’artillerie lourde [des rebelles] soit abandonnée en une seule fois», a indiqué à l’AFP le porte-parole d’un regroupement de factions rebelles, Ibrahim al-Jabbawi. «Pas de négociations sous la menace», a indiqué dans la soirée sur son compte Twitter le regroupement, réclamant des pourparlers «sous l’égide de l’ONU». Une source de l’opposition proche des pourparlers a indiqué que les rebelles étaient prêts à abandonner leur artillerie lourde, mais progressivement.
Parallèlement à cette pression militaire, on notera qu’une rencontre a eu lieu mercredi à Moscou entre le ministre jordanien des Affaires étrangères Ayman al-Safadi et son homologue russe Sergueï Lavrov. «La priorité pour résoudre la situation dans le sud de la Syrie est de trouver une solution politique», a déclaré A. Safadi en conférence de presse, réclamant un cessez-le-feu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.