Le Chili bouillonne toujours: La Moneda assiégé par les « borgnes » !
Le Chili bouillonne toujours: La Moneda assiégé par les « borgnes » !

Environ 200 personnes ont perdu un œil au Chili lors des manifestations contre le président Sebastian Piñera, qui ont fait au moins vingt morts.
Un rassemblement s’est tenu devant le palais présidentiel pour dénoncer ce triste record.

Pas moins de 200 manifestants ont été éborgnés par les forces de l’ordre depuis le début de la crise sociale au Chili contre le président Sebastian Piñera.
La contestation qui a démarré le 18 octobre est loin de s’estamper.

Une manifestation s’est tenue le 12 novembre à Santiago devant le palais présidentiel de la Moneda afin de susciter une prise de conscience autour de ces très nombreux blessés.

Selon l’Institut national des droits humains (INDH), un organisme public indépendant, 197 personnes ont subi des blessures oculaires, «surtout de tirs de plombs, mais aussi d’autres armes, comme les bombes lacrymogènes» depuis le début de la contestation.

Un chiffre qui dépasse largement le nombre de cas similaires constatés pendant la crise des Gilets jaunes en France, selon le décompte d’un journaliste indépendant, ou des manifestations massives à Hong Kong, soulignent l’ordre des médecins chiliens et plusieurs organisations locales de défense des droits humains.

«Nous détenons le triste record mondial du nombre de cas de perte de vision. Bien plus que dans les zones comme Hong-Kong ou ce qui s’est passé avec les Gilets jaunes à Paris, ou les manifestations en Espagne, et même la guerre en Palestine», constate Mauricio Lopez, chef de l’Unité de soins ophtalmologiques à l’hôpital Salvador, qui prend en charge la plupart des blessés.
«C’est une épidémie», déplore-t-il. Selon lui, 35 personnes ont subi des blessures profondes et risquent de perdre totalement la vue.

Des représentants du gouvernement chilien ont défendu l’action de la police devant la Commission interaméricaine des droits humains (CIDH) lors d’une audience récente en Equateur, tout en s’engageant à «limiter» l’usage des munitions en plomb.

Au moins vingt personnes sont mortes depuis le début de la crise chilienne, dont cinq après l’intervention des forces de l’ordre, et plus de 2 000 ont été blessées, selon des chiffres officiels.
Malgré cela, près d’un mois après le début de cette explosion sociale totalement sans précédent dans ce pays sud-américain, les manifestations restent massives…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.