L’écrivain algérien Yasmina Khadra a adressé, jeudi 2 mai via sa page Facebook, un message fort aux tenants du pouvoir algérien.

Y. Khadra y écrit  « L’empereur du Japon, un dieu vivant, vénéré par sa nation, a abdiqué au profit de son fils afin qu’une ère nouvelle apporte quiétude et prospérité au peuple du soleil levant ».

« Chez nous, dans notre Algérie profanée, une poignée d’ignares pourris jusqu’à la moelle, après avoir mené le pays à la ruine et compromis les rêves de plusieurs générations, s’entête à s’agripper, comme des naufragés à leur épave, à son simulacre de pouvoir et, toute honte bue, malgré le rejet sans appel des Algériens, refuse de comprendre qu’il arrive même aux démons de battre en retraite devant les incantations », a-t-il dénoncé.

« Étrange espèce humaine que celle qui se complaît dans le mépris et le déshonneur. Qu’attendent-ils pour disparaître, ces êtres abominables qui ont trahi tous les serments de la terre et vicié jusqu’au parfum de nos édens ? Pourquoi restent-ils là à narguer les braves et les saints tandis que le monde change tous les jours un peu plus ? Que veulent-ils au juste ? Sont-ils conscients de ce qu’ils incarnent ou bien sont-ils les otages d’une diablerie qui ne dit pas son nom ? », a ajouté l’écrivain algérien.

Pour lui, « une chose est sûre: toute chose a une fin et aucun masque ne saurait cacher indéfiniment la face impure. L’Algérie reconnaîtra les siens et son lustre d’antan recouvrera son éclat. Ne jouiront pas de sa lumière ceux qui ont choisi d’enténébrer jusqu’aux dépotoirs qui leur serviront de demeures éternelles », a-t-il conclut.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.