Le Festival Gnaoua et musiques du monde a 20 ans: Et pas une ride!

Le Festival Gnaoua et musiques du monde a 20 ans: Et pas une ride!
Un véritable rush ! Pas moins d’une centaine de journalistes ont fait le déplacement, mardi, pour couvrir la conférence de presse du Festival Gnaoua et Musiques du Monde d’Essaouira. Rien de plus normal. Car voilà un festival qui boucle sa 20ème édition. Témoignant ainsi d’une longévité dans un pays où tout doit être déployé pour vaincre la sinistrose culturelle ambiante. Neila Tazi, productrice du Festival et femme de com saura apprécier la cohue qui témoigne de l’intérêt accordé à une manifestation culturelle locale désormais de dimension globale. Essaouira le mérite bien… Et l’espoir est que cette bouffée de dyode qui souffle sur la ville des Alizés puisse donner l’envie à d’autres pour dupliquer un modèle qui marche. Que de cités méritent, de leur côté, de vibrer au rythme d’offres culturelles qui devraient répondre à une demande latente.
Pour marquer le coup, rien de plus normal que de laisser la caméra d’Abderrahim Mettour conter ce défi culturel. Et rien de plus normal que de saluer, à sa juste valeur, la projection du film qui retrace cette saga « « De l’ombre à la lumière : 20 ans d’un festival incandescent ». Pas besoin de cierges pour l’occasion. Mais plutôt d’annonces retraçant la richesse de la palette de cet anniversaire musical et culturel. Les organisateurs promettent une programmation haute en couleurs et riche en talents variés. Ceux qui connaissent Abdeslam Alikkane et Karim Ziad, les deux directeurs artistiques savent à quoi s’attendre. La 20ème édition consacrera l’esprit d’Essaouira, avec cette escale annuelle qui jette des ponts entre les musiques du monde et rappele combien est universelle la musique. Essaouira vibrera au son du blues le plus authentique avec le légendaire Lucky Peterson, du jazz le plus actuel avec le pianiste Bill Laurance, des percussions les plus osées avec Carlinhos Brown, ou encore de la plus pure musique africaine avec Ismaël Lô.
Neïla Tazi a souligné que cette 20ème édition est celle de la célébration. Les concerts proposés sont le fruit de cette volonté renouvelée de partage et de fusion. A l’image des résidences lors desquelles on retrouvera les rythmes frères du brésilien Carlinhos Brown et des maâlems Saïd et Mohamed Kouyou, le voyage africain de la Guinée au Maroc du Maâlem Hassan Boussou et des Hmadchas, la profondeur du blues de Lucky Peterson et de la tagnaouite du Maâlem Mustapha Baqbou.
Cette édition sera aussi celle de la mémoire et de la nostalgie avec les musiciens amis du festival, acteurs et témoins de cette aventure qui reviennent sur scène pour célébrer les 20 ans : les deux complices Ray Lema et Maâlem Abdeslam Alikkane, Titi Robin et son univers tout en sensibilité, Loy Ehrlich et sa fusion rock and roll de Band of Gnawa, mais aussi l’énergie débordante de Speed Caravan, Hindi Zahra et Ribab Fusion. Mais la spécificité du festival, comme l’a rappelé Abdeslam Alikkane, président de l’association Yerma Gnaoua, c’est la volonté de continuer à maintenir vivante la richesse du patrimoine gnaoui et comme à l’accoutumée, les scènes du festival vibreront du 29 juin au 1er juillet au son des crotales et des guembris, pour le plus grand plaisir du public.
De son côté, Driss El Yazami a rappelé le plaisir d’avoir initié en 2012, es qualité de partenaire, le Forum d’Essaouira. Pour la 6ème édition, le thème retenu est « Créativité et politiques culturelles à l’ère du numérique » et sera une fois de plus l’occasion de nombreux débats.
In memoriam, Neïla Tazi a rendu un vibrant hommage Abdelhafid Chlyeh, un des fondateurs du Festival. Cet écrivain et ethno-psychologue marocain qui s’en est allé a légué à ses congénères deux ouvrages dont « Les Gnaoua du Maroc : itinéraires initiatiques, transe et possession ». Essaouira vibrera donc au rythme des musiques du monde du 29 juin au 1 juillet.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.