Le gouvernement pare au plus urgent: Un chapelet de mesures

Le gouvernement pare au plus urgent: Un chapelet de mesures
A l’heure où les échos des remontrances contre le programme d’investiture du gouvernement tel que décliné par le chef de gouvernement résonnent toujours dans les esprits et où les philippiques n’en finissent pas quant au projet de loi de Finances déjà frappé de caducité, Mustapha El Khalfi reprend du service es qualité de ministre délégué chargé des relations avec le Parlement et la Société civile, porte-parole du gouvernement. Pour annoncer mardi, depuis Rabat, que le gouvernement compte finaliser tout un ensemble des mesures d’urgence socio-économique et politique qui figurent dans le programme gouvernemental. Ainsi, on apprend que le programme gouvernemental sera décliné en un plan exécutif qui détermine les responsables de la mise en œuvre, les délais et les financements nécessaires, les mécanismes de suivi et les indicateurs d’efficience et d’efficacité des réalisations. Mais de quoi s’agit-il exactement ? D’après le ministre, cela concerne les 430 mesures, dont 155 concernent le social et 144 l’économique, outre les mesures à caractère politique et celles liées à la politique extérieure et à la gouvernance. Sur le volet social, il est ainsi question de la mise en exécution rapide du régime de couverture médicale des parents, approuvé par le Parlement et qui bénéficiera à environ 100.000 fonctionnaires du secteur public, de la réunion de la Commission nationale de la réforme du régime de la retraite, de la mise en place d’un plan d’action pour l’accélération de la réduction de la mortalité maternelle et néonatale, de la réservation d’un quota de 7% des postes d’emploi aux personnes en situation de handicap, de la simplification des mesures du Fonds d’entraide familiale, du lancement du régime de bourse au profit des stagiaires de la formation professionnelle, selon les conditions en vigueur pour les bourses universitaires, et de la mise en place d’un plan pour la rentrée scolaire, en matière de soutien scolaire, d’infrastructures et de promotion de la langue amazighe.
En matière économique, il est question de la modification des taxes sur l’importation du blé tendre et ses dérivés, de l’adoption de la nouvelle Charte pour l’investissement, dont les grandes lignes ont été présentées devant le Roi, la réunion de la Commission nationale des investissements, ainsi que l’exonération de l’impôt sur les sociétés durant 5 ans pour les entreprises industrielles récemment créées et l’accélération de la programmation de concours de recrutement pour 23.760 postes dans le cadre de la fonction publique.
Sur le plan politique, il s’agira de la déclinaison de la politique africaine en mesures, à travers la mise en place d’une commission interministérielle, de la publication du décret relatif à la Commission nationale de lutte contre la corruption et du développement d’un portail national unifié dédié aux plaintes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.