Le HCP décortique le secteur Informel : Le poids de cette « sphère économique » enfin chiffré…

Le HCP décortique le secteur Informel : Le poids de cette « sphère économique » enfin chiffré…
Le haut commissariat au plan vient d’actualiser ses chiffres sur le secteur informel grâce à son enquête nationale commise en 2013/ 2014. En plus du poids de cette sphère de l’économie, comme préfère la nommer A. Lahlimi, cette enquête a permis d’actualiser les informations sur les unités de production opérant dans ce secteur, son mode d’insertion dans l’économie nationale et sa contribution à la création de la richesse et de l’emploi. Pour le Haut commissaire, la présentation statistique de ses rapports avec les différents secteurs économiques et ses contributions à l’économie nationale ne devrait pas entretenir l’illusion, largement présente dans l’opinion publique, que la résorption de la sphère informelle passerait, en définitive, par sa simple inclusion dans le système de gestion fiscal national. Sa résorption semble devoir se réaliser dans le cadre de la transformation globale des structures productives nationales et du relèvement de sa productivité globale. Concernant l’enquête en soi, elle a porté sur les unités de production non agricoles ne disposant pas d’une comptabilité conformément à la réglementation comptable en vigueur au Maroc et n’inclut pas les activités illicites ou illégales. Pour ce faire, la méthodologie adoptée par le HCP pour identifier son échantillon des unités de production informelles a été basée sur l’enquête nationale sur l’emploi et qui a permis d’enquêter dans une deuxième phase, sur un échantillon de 10 085 unités de production informelles identifiées. La collecte des données sur le terrain s’est étalée sur une période d’une année, de juin 2013 à mai 2014. Ainsi pour ce qui est des résultats, et après avoir été de 1,55 million en 2007, le nombre d’unités de production informelles (UPI) atteint 1,68 million en 2013, marquant un accroissement annuel de 19 000 unités. Avec un chiffre d’affaires moyen de près de 245 000 Dhs par unité en 2013, le secteur informel reste constitué en quasi-totalité de petites et micro-entreprises. Cette moyenne est portée à son maximum dans les activités commerciales (337 000 Dhs) et à son minimum dans les services (90 000 Dhs). En somme, les UPI ont brassé un CA de près de 410 Mrds Dhs , en accroissement annuel moyen de 6,5% depuis 2007. Le Commerce continue à constituer l’activité la plus importante du secteur en dépit du reflux de son poids à 69,8% en 2013 au lieu de 77% en 2007. En revanche, les parts du CA générées par les activités informelles du BTP, de l’industrie et des services se sont améliorées, passant de 4,4%, 11,5% et 7,2% respectivement en 2007 à 8,1%,13,1% et 9% respectivement en 2013. La moitié des UPI réalise un CA annuel de moins de 100 000 Dhs, plus du tiers (35,3%) un CA annuel de moins de 60 000 Dhs et près d’une UPI sur six (16,2%) un CA annuel supérieur à 360 000 Dhs. Pour sa parts, la production du secteur informel s’est élevée à 185 Mrds Dhs de biens et services en 2013, en progression annuelle moyenne de 7,9% depuis 2007, les activités commerciales, notamment le commerce de détail, y contribuent pour près de 34,7%, au lieu de 37,5% en 2007. En revanche, celles relevant du secteur de l’industrie et des services ont vu leur contribution augmenter, passant respectivement de 27,2% à 28,6% et de 16,8% à 18,6%. Par ailleurs, le principal marché de la production du secteur informel est constitué par les ménages. En 2013, 77,8% de ses ventes sont destinées aux ménages, 21,3% aux entreprises informelles et 0,5% aux entreprises formelles. Les ventes destinées au secteur public et à l’exportation restent insignifiantes. Côté investissement, les unités informelles ont investi pour 3, 366 Mrds Dhs en 2013, contre 2, 741 Mrds Dhs en 2007, affichant ainsi une hausse annuelle moyenne de 3,2%. Elles ont participé pour 1,1% de la formation brute du capital au niveau national en 2013 au lieu de 1,2 % en 2007. Ces investissements proviennent pour 49,2% des UPI relevant des services, pour 33,3% du commerce, pour 12,2% de l’industrie et pour 5,3% du BTP. Sur le volet emploi, son volume dans le secteur en 2013 a atteint 2,376 millions au lieu 2,216 millions de postes en 2007, en progression annuelle de 24,6 mille postes. Ce qui représente 36,3% de l’emploi non-agricole global. Enfin, les activités informelles ont participé pour 12,2% de la production nationale en 2013 au lieu de 10,9% en 2007 et la valeur ajoutée du secteur aura été en 2013 de 103, 346 Mrds Dhs, au lieu de 70, 985 Mrds Dhs en 2007, en progression annuelle moyenne de 6,5%, soit 12,6% de la valeur ajoutée totale du pays pour une contribution au PIB national de 11,5% en 2013.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.