Le «Hirak» du Rif prend une autre tournure: Les prisonniers entament, ce lundi, une grève de la faim

Le «Hirak» du Rif prend une autre tournure: Les prisonniers entament, ce lundi, une grève de la faim

Erreur de la base de données WordPress : [Got error 28 from storage engine]
SELECT `wp_adrotate`.`id`, `wp_adrotate`.`title`, `wp_adrotate`.`bannercode`, `wp_adrotate`.`image`, `wp_adrotate`.`tracker`, `wp_adrotate_linkmeta`.`group` FROM `wp_adrotate`, `wp_adrotate_linkmeta` WHERE ( `wp_adrotate_linkmeta`.`group` = 1) AND `wp_adrotate_linkmeta`.`user` = 0 AND `wp_adrotate`.`id` = `wp_adrotate_linkmeta`.`ad` AND (`wp_adrotate`.`type` = 'active' OR `wp_adrotate`.`type` = '2days' OR `wp_adrotate`.`type` = '7days') GROUP BY `wp_adrotate`.`id` ORDER BY `wp_adrotate`.`id`;

Depuis la prison d’Oukacha, à Casablanca, les prévenus du Hirak du Rif ont décidé d’entamer, dès ce lundi, une grève de la faim et appelé à une marche nationale le 20 juillet. Dans un communiqué, les détenus exhortent « le peuple à réussir cette marche pacifique géante ce jeudi 20 juillet » et appellent la région d’Al Hoceima à entrer dans une grève générale ce même jour».
Tout porte à croire dès lors que la tension qui a baissé ces derniers temps dans la région rifaine pourrait prendre de l’ampleur. D’autant plus que l’on s’attend à ce que des «coordinations» de soutien au Hirak, nées dans plusieurs pays européens où la diaspora rifaine est particulièrement présente, se joignent à la contestation. C’est ce que notre site avait révélé il y a plusieurs jours de cela…
Dans le même communiqué, les détenus clament, une fois encore, leur innocence de toutes les accusations retenues à leur encontre, notamment l’atteinte à l’intégrité territoriale en vue de déstabiliser la loyauté des citoyens envers l’État marocain… «Nous libérer constitue un premier pas pour le dialogue», clament-ils.
Le même communiqué issu d’Oukacha condamne la vidéo de Nasser Zefzafi filmée, assurent-ils, au siège de la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) à Casablanca et où le leader du « Hirak » apparaît presque nu. «Nous avons tous été filmés après que les traces de tortures aient disparu de nos corps», ont-ils précisé, révélant que «les éléments de la police avaient également prélevé, à deux reprises, leur salive pour les besoins d’un test ADN, une fois à Al Hoceima et une deuxième fois à Casablanca».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.