Le plan gazier marocain fin prêt ?

Le plan gazier marocain fin prêt ?
Enfin, le plan national de développement du gaz naturel liquéfié (GNL) prend forme. « Gas to power », qualifiée de première étape, est finalisée et se focalise sur le processus consistant à pré-qualifier des entreprises qui seront ensuite départagées lors d’un appel d’offres. Et là, on est en présence d’une centaine d’entreprises espagnoles, chinoises, italienne, françaises (Shell, Engie) mais aussi turques, américaines, allemandes, grecques, égyptiennes, russes (Gazprom) et des sociétés marocaines… Tout ce beau monde a répondu à l’appel à manifestation d’intérêt lancé, assure Abdelkader Amara, ministre de l’Énergie. Il y a lieu de signaler que la première partie du plan gazier prévoit de mettre en place un cadre législatif et réglementaire avant le lancement de la deuxième étape du plan gazier, « gas to industry ». Celle-ci concerne la réalisation d’infrastructures gazières et électriques pour un montant de 4,6 milliards de dollars.
Le plan gazier porte principalement sur la construction d’ici 2025 d’un terminal maritime GNL à Jory Lasfar, sur celle d’un gazoduc de transport entre le terminal de Jory Lasfar et le gazoduc Maghreb Europe, mais aussi sur l’installation de quatre centrales électriques pouvant produire 2,4 GW d’électricité. Une liste probable de pays fournisseurs est déjà établie et compte, parmi eux, le Qatar, la Russie ou les Etats-Unis. Rien de plus normal puisque les besoins du Maroc en gaz s’élèvent à 5 milliards de mètres cubes et ceux en électricité à 3,5 milliards de mètres cubes à l’horizon 2025.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.