Le rappeur L’Gnawi jeté en prison La défense invalide l’acte d’accusation
Le rappeur L’Gnawi jeté en prison La défense invalide l’acte d’accusation

Jeté en prison en attendant de comparaitre devant le procureur le 14 novembre, le rappeur L’Gnaoui risque gros au regard des charges retenues contre lui.
Son avocat juge « contestable » la preuve pour laquelle le rappeur a été incarcéré.
Pour rappel, le dernier morceau au titre fort évocateur, « Aach El Chaâb », a explosé les compteurs sur Youtube.

Dans une déclaration à Radio France International (RFI), l’avocat du chanteur, Me Mohamed Zayen, a affirmé que son client avait été agressé par des policiers, et que la vidéo qui le montre en train de les insulter ne constitue pas une preuve juridique valable.
«Comme preuve juridique, c’est une preuve contestable et inacceptable parce qu’il y a un acte de violence de la part de la police», a-t-il déclaré.

L’arrestation de l’artiste a eu lieu le 31 octobre, deux jours après la sortie de «Aâcha El Chaâb» («Vive le Peuple») qui reprend un slogan utilisé dans les stades et durant les manifestations pour dénoncer la corruption dans le pays.
La chanson, dont la vidéo a été visionnée plus de 8 millions de fois, dénonce les conditions sociales qui affectent la jeunesse… Mais pas que !

Plusieurs voix se sont élevées pour dénoncer une incarcération susceptible de faire taire une voix dissonante.
Mais de source policière, on indique que l’arrestation de L’Gnawi faisait suite à une enquête lancée contre lui «pour insultes et attaques envers un policier et des services de la police, et non pour la chanson en elle-même».

Le rappeur Hamza L’BS, ex-membre du groupe L’Bassline dont fait partie L’Gnawi, a affirmé que l’intéressé «avait des problèmes avec la police depuis une quinzaine de jours déjà».
Il a ajouté que la chanson «Aâcha El Chaâb» constituait un «cri du cœur d’une jeunesse laissée à la marge».

Le rappeur marocain Mohamed Gnawi arrêté vendredi dernier, a été placé en détention provisoire à la prison de Laârjate, à Salé, sur ordre du procureur général.
Il est poursuivi pour diffamation et injures à l’encontre de fonctionnaires de police pendant l’exercice de leurs fonctions.
La première audience du procès a été fixée au 14 novembre.

Après le lancement de son morceau «Aâcha Chaâb» sur Youtube, le jeune rappeur a été arrêté vendredi dans son appartement à Salé.
Un avis de recherche avait été lancé à son encontre avant d’être arrêté pour outrage et insulte à l’encontre de fonctionnaires de police.
Le jeune rappeur avait en effet publié une vidéo sur ses réseaux sociaux où il proférait des injures à l’encontre de policiers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.