Une nouvelle grève nationale d’une semaine à laquelle appelle la coordination nationale des enseignants de « la Cellule 9 » semble bénéficier d’un échos favorable auprès de plusieurs syndicats solidaires de leur juste combat pour la régularisation de leur situation matérielle et administrative. Cette grève devrait démarrer le 22 avril courant avec un sit-in à Rabat.  

La coordination qui appelle à cette grève de « non retour » rejette les propositions du ministère de l’Education nationale qu’elle juge « stériles et de rapiéçage » et exige la promotion de tous les enseignants de l’échelle 9 à l’échelle 10 avec effet rétroactif (soit jusqu’en 2012-2013) en lieu et place du processus d’intégration que le ministère entend inscrire dans le temps et par groupe.

Autant dire que la reprise des cours dans les établissements scolaires est encore loin d’être gagnée pour Said Amzazi, ministre en charge du dossier. Surtout depuis que les principales centrales syndicales en négociation avec le MEN (CDT, UMT, FNE, UGTM et FDT en l’occurrence) ont appelé la tutelle à honorer ses engagements et à tenir la réunion prévue le 23 de ce mois pour débattre du dossier des enseignants contractuels en présence de leurs représentants et sans prérequis.

Ce groupement de syndicats a aussi dénoncé la méthode adoptée par l’Exécutif qui consiste en un saucissonnage des revendications des enseignants et en ne privilégiant le règlement que de deux dossiers alors que le reste, soit tous les dossiers bloqués depuis 2009 restent en suspens. Le collectif syndical qui rappelle le désengagement du gouvernement des accords du 19 et du 26 avril 2011 rejette les propositions du MEN dévoilées le 25 février dernier et rappelle son ferme attachement à l’aboutissement des revendications des victimes des deux régimes mis en place qui exigent une revalorisation exceptionnelle de leur statut à partir de janvier 2012.

Comme il exige aussi la revalorisation du statut des enseignants de « la Cellule 9 » en les faisant bénéficier de l’échelle 10 avec effet rétroactif. Le collectif syndical s’oppose aussi à l’offre du MEN qui consiste à régler la situation des enseignants en fonction des besoins et appelle à proroger le décret qui lie la promotion au diplôme et au changement de statut… Et appelle à traiter dans l’équité le dossier des enseignants chargés d’assurer les cours pour des niveaux qui ne sont pas les leurs et celui lié au personnel administratif et technique…  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.