L’épreuve de force continue à Khartoum: Les islamistes de la Oumma jouent solo
L’épreuve de force continue à Khartoum: Les islamistes de la Oumma jouent solo

Erreur de la base de données WordPress : [Got error 28 from storage engine]
SELECT `wp_adrotate`.`id`, `wp_adrotate`.`title`, `wp_adrotate`.`bannercode`, `wp_adrotate`.`image`, `wp_adrotate`.`tracker`, `wp_adrotate_linkmeta`.`group` FROM `wp_adrotate`, `wp_adrotate_linkmeta` WHERE ( `wp_adrotate_linkmeta`.`group` = 1) AND `wp_adrotate_linkmeta`.`user` = 0 AND `wp_adrotate`.`id` = `wp_adrotate_linkmeta`.`ad` AND (`wp_adrotate`.`type` = 'active' OR `wp_adrotate`.`type` = '2days' OR `wp_adrotate`.`type` = '7days') GROUP BY `wp_adrotate`.`id` ORDER BY `wp_adrotate`.`id`;

Au Soudan, l’annonce d’une grève générale sème la division parmi les civils. L’Alliance pour la liberté et le changement (ALC), l’organe en pointe des manifestations, a annoncé un débrayage national mardi et mercredi.
Ce que le parti Oumma, principal mouvement d’opposition, a affirmé rejeter.
Cette grève est destinée à forcer la main des putschistes dans les négociations sur la formation d’un Conseil souverain chargé d’assurer la transition.

Après une réunion d’urgence, le parti Oumma a décidé de se désolidariser. « La grève générale est une arme qui ne devrait être utilisée qu’après un consensus », a déclaré, dimanche dernier, le mouvement.
Ce poids lourd de l’opposition parle de « désaccord sur le calendrier et la préparation » de l’arrêt de travail.
Il insiste néanmoins pour que les Soudanais qui se mettront en grève ne soient pas licenciés.

Cette déclaration est une demi-surprise.
En effet, Sadiq al-Mahdi, chef du parti Oumma, a plusieurs fois fait preuve de modération dans la stratégie à suivre.
Il s’était par exemple inquiété des risques d’escalade avec les militaires et avait ajouté que les putschistes devaient garder le pouvoir, sur une courte période, afin de préparer une transformation rapide de l’exécutif.
Jeudi, un membre de l’Alliance pour la liberté et le changement avait, par ailleurs, reconnu des divisions internes.
« Nous sommes un assemblage de différents blocs, avec des syndicats, des gens de gauche, de droite, c’est normal qu’il y ait des dissensions », avait-il confié.
Certains, à l’intérieur de l’ALC, décrivaient la grève comme un ultime recours, avec des risques de débordements, sachant que des milices armées circulent dans Khartoum.

Malgré la décision du parti Oumma, l’Association des professionnels (APS) continue sur sa lancée.
L’APS a appelé les Soudanais à mettre en ligne des vidéos vantant son utilité et à encourager leurs proches à suivre le mouvement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.