Les errements de B. Obama. Rhétorique improductive

Les errements de B. Obama. Rhétorique improductive

La mort frappe tel un métronome dans les territoires palestiniens. La « Habba » palestinienne, une intifada-3 qui ne dit pas son nom contre les exactions de Tel-Aviv et la panne du processus d’Oslo, a déjà dépassé les 100 victimes, toutes tombées sous les coups de la soldatesque israélienne. Pis, les autorités d’occupation multiplient les descentes et les démolitions des maisons des activistes palestiniens…

Sans pour autant que Washington ne trouve à y redire. Et dire que le secrétaire d’Etat US vient d’achever une tournée en Israël où il n’a pas trouvé mieux que de saluer le droit d’Israël à lutter contre le terrorisme. Palestinien s’entend ! Ce qui n’a pas empêché le Président de l’autorité palestinienne, invité à la COP21, de serrer la main de son bourreau, le « Bibi » que chérit l’opinion israélienne. On est là face à une véritable expression du syndrome de Stockholm ! Et on pourrait même en rajouter en « légitimant » la position très en retrait de B. Obama, l’hôte de la Maison Blanche qui n’a pas su comment gérer une politique US conséquente au Proche-Orient. Au point de céder sa place à Poutine, l’homme fort de la Russie, qui opère ainsi un come back en force sur la scène. Tout au plus le patron de l’Exécutif US trouve-t-il « improductive » la politique de Netanyahou en Palestine occupée. Un terme usé jusqu’à la corde puisqu’il a été maintes fois usité pour qualifier la politique de colonisation rampante d’Israël et les opérations de démolition qui s’en suivent.

Dès lors, il n’est pas étonnant de voir la rhétorique de la Maison Blanche coincer aussi sur le même terme lorsqu’il s’agit d’appréhender le rôle de la Russie en Syrie comme « improductif », lui aussi, alors que les alliés historiques de Washington, la France et la Grande Bretagne, cela sans parler de l’Allemagne, se joignent à la guerre déclarée contre Daech. Improductive aussi serait la volonté de Moscou de disposer d’une deuxième base en Méditerranée, à Chypre, par exemple ? En tout cas, pour la Maison Blanche, seule reste « productive » sa politique mondiale. Celle qui ne considère nullement l’intégration du Monténégro à l’OTAN comme une menace à la Russie. Drôle de logos, non ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.