Les Gilets jaunes manifestent en France: Un an et des blessures toujours béantes…
Les Gilets jaunes manifestent en France: Un an et des blessures toujours béantes…

Le 17 novembre 2018, les « gilets jaunes » investissaient les ronds-points français pour ce qui allait constituer l’acte 1 de leur mouvement. Une mobilisation qui a puisé son origine dans la hausse des taxes sur le carburant et qui, au fil des semaines, s’est transformée en mouvement beaucoup plus global, avec des revendications s’élargissant aux questions de pouvoir d’achat et de démocratie.

Douze mois après, il y a toujours du monde qui défile en jaune dans les rues de Paris. L’acte 52 n’a réuni, samedi 9 novembre, des dizaines de personnes dans la capitale, mais pour les personnes présentes, il était hors de question de faire l’impasse.
« Je suis là tous les samedis », explique Didier, retraité. « Le gouvernement maintient son cap, comme il dit. Même si on faisait la révolution, il ne bougerait pas. »
Ce « gilet jaune » de la première heure estime donc qu’il doit continuer à « maintenir la pression » pour faire entendre les revendications du mouvement.
« Augmentation du pouvoir d’achat, fermer l’Élysée et en finir avec la monarchie : nos demandes sont simples. Il faut instaurer le RIC ».
Le « référendum d’initiative citoyenne », c’est une des revendications apparues dans un second temps, avec la volonté d’impliquer plus les citoyens dans la vie publique.

C’est également l’exemple de l’évolution des « gilets jaunes », un mouvement qui s’est transformé. La demande principale du début, la suppression de la hausse des taxes sur le carburant, avait en effet été obtenue assez rapidement, puisqu’Emmanuel Macron avait donné gain de cause aux Gilets jaunes à peine un mois après le début de la mobilisation. Cela ne les a cependant pas empêchés de continuer à se rassembler, semaine après semaine, au fil des actes.

Aujourd’hui, les « gilets jaunes » estiment que le compte n’y est pas.
Le premier anniversaire du mouvement aura donc son acte 53.
Loin des ronds-points, l’appel a été lancé pour un rassemblement national à Paris, à même les Champs Elysées que les autorités avaient tenté d’interdire aux manifestants.

C’est la convergence des luttes qui est attendue, pour cet acte 53.
Le personnel de la santé a manifesté en nombre jeudi 14 novembre, il y aura la grande journée de grève nationale dans les transports le 5 décembre.
Ces mouvements et celui des « gilets jaunes » peuvent-ils se retrouver ensemble dans la rue ? Les centrales syndicales n’en veulent pas, mais Jean-Luc, « gilet jaune » lui aussi de la première heure, espère que la base verra les choses autrement : « il y a bien entendu des revendications propres à chaque métier, comme la pénibilité par exemple, mais nous sommes unis sur la majorité des demandes sur le pouvoir d’achat, l’équité sociale, le rétablissement de l’impôt sur la fortune. On se retrouve tous sur la quasi-totalité des revendications. »

Les « gilets jaunes » espèrent donc que la réponse sera donnée sur les Champs-Élysées. S’ils y parviennent, ce sera la première fois depuis l’acte 18 qu’ils y manifesteront en nombre.

En attendant, force est de souligner que 69% des Français jugent le mouvement justifié, selon un sondage Odoxa-Dentsu consulting pour franceinfo et Le Figaro publié jeudi 14 novembre.
Il y a un an, 74% des Français trouvaient justifié l’appel au blocage des routes dans une enquête Odoxa-Dentsu Consulting publiée le 16 novembre 2018.
Dans le détail, 29% des sondés le juge tout à fait justifié, 40% plutôt justifié.
18% le trouve plutôt pas justifié et 13% pas du tout justifié.
Seuls les sympathisants de La République en marche estiment majoritairement que ce mouvement n’est pas justifié. Pour le reste, les sympathisants des autres formations politiques – tous bords confondus – approuvent majoritairement ce mouvement.

Autre enseignement de cette enquête, 58% des Français dans leur ensemble estiment que ce mouvement a plutôt été « une bonne chose pour eux ».
Ce chiffre monte à 68% pour les catégories dites « populaires ».
71% des Français interrogés estiment que le mouvement des « gilets jaunes » a été plutôt une bonne chose pour les Français les plus modestes.
60% qu’il a été utile pour la démocratie et le débat.
En revanche, 65% des personnes interrogées pensent que cette mobilisation a été plutôt « une mauvaise chose » pour l’économie et 73% plutôt une mauvaise chose pour l’image de la France à l’étranger.

E. Macron et le gouvernement ont fait de plusieurs concessions après ce mouvement.
Il y a eu par exemple le grand débat national ou l’octroi de 17 milliards d’euros à destination des classes moyennes et populaires.
Très majoritairement, à 64%, les sondés pensent que Macron et le gouvernement n’ont pas assez tenu compte du mouvement des « gilets jaunes ».
23% estiment qu’ils ont tenu compte de cette mobilisation »juste comme il fallait » et 13% pensent qu’ils ont « trop tenu compte » de ce mouvement.

Sans surprise, seuls les sympathisants LREM pensent majoritairement qu’Emmanuel Macron et le gouvernement ont eu la bonne attitude.

Enfin, toujours selon ce sondage, les Français sont très partagés sur le devenir des réformes en matière économique – retraites et assurance chômage.
36% souhaitent que le président de la République et le gouvernement accélèrent le rythme des réformes, 36% qu’ils le ralentissent et 28% qu’ils le maintiennent au rythme actuel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.