Les médecins du privé mécontents: Une grève nationale prévue le 4 avril

Les médecins du privé mécontents: Une grève nationale prévue le 4 avril
Les médecins du privé mécontents: Une grève nationale prévue le 4 avril

Les médecins du secteur libéral et des cliniques privées ont convenu lors de leur assemblée réunie mardi d’une grève nationale le jeudi 4 avril.. Dans un communiqué ad hoc, l’ANCP, le Collège syndical national des médecins spécialistes privés (CSNMSP), le Collège national des médecins généralistes privés et le Syndicat national des médecins généralistes privés ont expliqué les raisons de ce débrayage.

Sur la liste des revendications figurent, entre autres, le coût « exorbitant » du traitement pour le citoyen, le retard de la révision de la convention AMO, l’absence de couverture médicale pour les médecins du privé, ainsi que le besoin d’assainir le secteur de l’exercice illégal de la médecine. « Il faut que le panier de soins soit élargi à tous les actes médicaux. Certains n’existaient pas encore à la signature de la convention de l’AMO en 2006 et ne sont pas pris en compte, aujourd’hui, par la couverture médicale », fait remarquer le président du CSNMSP, Dr. Saïd Afif. Pour ce dernier, il est « urgent que la nomenclature soit revue car, en plus de 10 ans, il n’y a même pas eu assimilation de 4 actes. C’est finalement le citoyen qui supporte les coûts! ». 

Après la grève d’octobre dernier, les négociations autour de l’actualisation de la convention avec le ministère de la Santé n’auront pas abouti. Le Président du CSNMSP regrette que le dossier n’ait pu avancer qu’avec le fisc… Excédés, les médecins ont décidé de réagir pour faire bouger les choses. Les médecins veulent une meilleure reconnaissance au sein du secteur médical national et la possibilité de créer leur propre ordre des médecins

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.