Erreur de la base de données WordPress : [Got error 28 from storage engine]
SELECT `wp_adrotate`.`id`, `wp_adrotate`.`title`, `wp_adrotate`.`bannercode`, `wp_adrotate`.`image`, `wp_adrotate`.`tracker`, `wp_adrotate_linkmeta`.`group` FROM `wp_adrotate`, `wp_adrotate_linkmeta` WHERE ( `wp_adrotate_linkmeta`.`group` = 1) AND `wp_adrotate_linkmeta`.`user` = 0 AND `wp_adrotate`.`id` = `wp_adrotate_linkmeta`.`ad` AND (`wp_adrotate`.`type` = 'active' OR `wp_adrotate`.`type` = '2days' OR `wp_adrotate`.`type` = '7days') GROUP BY `wp_adrotate`.`id` ORDER BY `wp_adrotate`.`id`;

La capitale du Royaume a tendance à cristalliser la tension sociale qui sourd dans le pays. Ainsi, en ce début de semaine, les médecins du secteur public ont observé un sit-in devant le ministère de la Santé alors que d’autres ont choisi l’arme des démissions collectives.

A situation noire, les médecins en colère ont troqué leurs blouses blanches pour d’autres noires, symbole de deuil. Le Syndicat indépendant des médecins du secteur public (SIMSP) rappelle les maux du secteur dans un communiqué publié à l’occasion de l’organisation du sit-in. Tout manque dans ce secteur laissé à l’abandon : ressources humaines et matérielles…

Le sit-in devant le département de Anass Doukkali a été suivi d’une marche vers le Parlement. Mais les médecins en colère n’entendent pas s’arrêter là. Cette semaine, prévient le syndicat, « une nouvelle étape du combat » pourrait être franchie au cas où le ministère persiste à ignorer les revendications légitimes déjà exprimées.

Le risque est grande de voir près d’un millier de  demandes de démissions provenant de différentes régions du Maroc brandies. Les principales revendications exprimées par ces médecins ont trait à l’application de l’indice-échelon 509 (Bac+8) dans le calcul du salaire et son équivalence au doctorat d’Etat et l’amélioration des conditions de travail, notamment en permettant aux médecins de disposer des moyens nécessaires au sein des hôpitaux publics. Dr Abdellah El Mountadar Alaoui, SG du SIMSP, appelle le ministre à respecter les engagements pris par la tutelle. Sans quoi, d’autres formes de lutte sont à envisager.

On signalera que parallèlement à ce mouvement, les étudiants en médecine ont eux aussi défilé dans la capitale pour dénoncer la précarité de leur situation et la volonté manifeste de l’Etat de se débarrasser de ce secteur au profit du privé…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.