Le matche retour de la ligue des champions de la CAF qui a mis aux prises, vendredi dernier, le Taraji tunisien au WAC de Casablanca a débouché sur la consécration éhontée du Taraji tunisien.

Le WAC crie au scandale et au complot à cause de cette VAR qui s’est avérée au cours du match de la poudre aux yeux.
S’appesantir sur tous les détails pour étayer les arguments du WAC serait vain face à une myriade d’arguties de quidams qui prêchent l’ignorance!

Le WAC a incontestablement été lésé par l’arbitre qui l’a privé d’un penalty et d’un but en seconde mi-temps.
La VAR a été la goutte qui a fait débordé le vase.
Le courrier de la société en dit long sur le pot-aux-roses de cette situation tuniso-CAF…kaïenne!

Spectacle affligeant quand on regarde le président de la CAF et les présidents des deux clubs en bisbille comme de pauvres hères sur la pelouse.
Du jamais vu dans les annales du football.

Quelque soit la décision du Comité d’Urgence , prévue mardi prochain, le plus important c’est de réformer les règlements des compétitions des clubs.
Et la première résolution à prendre, c’est de faire jouer les finales de la Coupe et de la Ligue des champions en une seule manche et dans un terrain neutre comme on le fait pour la Super Coupe.

Le reste n’est que » bouteilles de la mer qui ne ramènent pas de réponses » écrivait Antoine Blondin qui était « le pape des chevauchées olympiques fantastiques. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.