Litige FRMF-CAF : Les fourberies de Michel Boyon

L'avocat Michel Boyon
L'avocat Michel Boyon

Le Président de la FRMF se fait l’avocat du diable en soutenant la thèse de la victoire contre la CAF dans le litige qui a fini par atterrir devant le TAS. Il faut croire que le système de défense loué par F. Lekjaa a été défaillant. Le droit du sport a ses spécialistes.

Juste après la sentence du TAS qui a tranché d’une manière mitigée dans les sanctions sportives et financières infligées par la CAF à la FRMF, nous avons beau essayé d’interviewer Me Michel Boyon qui a plaidé pour la partie marocaine. Après moult contacts, Me Michel Boyon a, dans un premier temps, accepté en nous demandant de lui envoyer les questions. Chose immédiatement faite. Mais depuis… Me Michel Boyon a, semble-t-il, été dérangé par nos questions qui auraient été agaçantes! Agaçantes car contrairement à ce qu’il a déclaré, la FRMF n’a pas eu gain de cause à 99 p.c. Le TAS (Tribunal d’Arbitrage du Sport) a certes annulé les sanctions sportives et une petite partie inhérente aux sanctions financières. Le montant astronomique du prétendu préjudice moral et matériel, estimé par la CAF à 8 millions d’euros et quelques poussières, est toujours là et on voit mal comment on va tourner cette page. C’est d’ailleurs ce qu’on tait et qu’on évite même d’aborder. De parler d’arrangements sous-jacents quand on sait que le président de la FRMF a avancé que la saisine du TAS a été d’un commun accord avec la CAF.
Quant à la contradiction principale autour de laquelle gravite tout le litige (FRMF vs CAF) et qui porte sur le cas de force majeure, le TAS a épousé la CAF en soulignant que la FRMF « ne peut se prévaloir d’un cas de force majeure à cause du virus Ebola rendant impossible l’organisation de la CAN ». Et c’est sur ce cas de force majeure qu’on attendait les avocats de la FRMF pour persuader le TAS.
‘’Un avocat est dans un procès ce qu’est un cuisinier dans un repas’’ disait Aristippe.
Il y a à peine deux ans que Me Michel Boyon a commencé à porter la toge après être admis par un cabinet d’avocats, basé à Paris, et disposant d’autres antennes dans d’autres villes, comme Casablanca. Et cerise sur le gâteau, ledit cabinet n’a jamais plaidé dans un litige sportif.
En France, il y a ce qu’on appelle le syndrome de Poulidor, ce coureur-cycliste français qui n’a jamais remporté le Tour de France. Me Michel Boyon et le président de la FRMF voudraient faire d’un semi-échec, une victoire historique.
Et si la FRMF avait opté pour un Grand avocat, spécialiste de la chose sportive, comme Jean-Louis Dupont qui était derrière l’arrêt Bosman astreignant la FIFA à adopter le système de rotation de l’organisation de la Coupe du Monde? Et si et si…
‘’A beau mentir qui vient de loin’’ car on ignore peut-être que ‘’ l’activité sportive est un monde de droit’’ comme l’écrivait Gérald Simon.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.