Loi-cadre sur l’enseignement: L’Exécutif opte pour le passage en force…
Loi-cadre sur l’enseignement: L’Exécutif opte pour le passage en force…

Erreur de la base de données WordPress : [Got error 28 from storage engine]
SELECT `wp_adrotate`.`id`, `wp_adrotate`.`title`, `wp_adrotate`.`bannercode`, `wp_adrotate`.`image`, `wp_adrotate`.`tracker`, `wp_adrotate_linkmeta`.`group` FROM `wp_adrotate`, `wp_adrotate_linkmeta` WHERE ( `wp_adrotate_linkmeta`.`group` = 1) AND `wp_adrotate_linkmeta`.`user` = 0 AND `wp_adrotate`.`id` = `wp_adrotate_linkmeta`.`ad` AND (`wp_adrotate`.`type` = 'active' OR `wp_adrotate`.`type` = '2days' OR `wp_adrotate`.`type` = '7days') GROUP BY `wp_adrotate`.`id` ORDER BY `wp_adrotate`.`id`;

La loi-cadre sur l’enseignement qui doit sanctuariser la stratégie retenue pour l’école marocaine contre tout revirement devait être votée ce lundi. Le gouvernement qui a pu prendre la mesure des dissensions générées par cette architecture n’en est pas moins confiant.

Le vote de la loi-cadre sur l’enseignement se fera aujourd’hui en session plénière à la Chambre des représentants.
Cristallisant la polémique au sein du PJD, une des composantes de la majorité, et attisant le refus de l’Istiqlal, la loi-cadre ne bénéficie pas de l’esprit consensuel qu’elle devait générer.
Cela explique pourquoi, attendue depuis des années, elle est restée bloquée dans le circuit d’adoption depuis 2016, malgré une injonction royale ad hoc en 2015.
Ladite loi susceptible de garantir la pérennité des orientations stratégiques du système éducatif, échappant de la sorte aux vicissitudes politiques, permettra aussi d’appliquer le principe de l’alternance linguistique, ouvrant la voie à l’enseignement des matières scientifiques en langues étrangères, français ou anglais.

En dépit du baroud d’honneur auquel s’est livré Abdelilah Benkirane, ancien chef de Gouvernement qui a fustigé son frère de combat qui l’a remplacé, et les tiraillements que le projet a pu engendrer parmi les élites du PJD, le gouvernement semblait sûr de son coup. L’adoption du texte, dont les amendements ont été validés la semaine dernière, serait une formalité.
Car si le PJD a bloqué de longs mois durant le projet de loi, farouchement opposé à l’alternance linguistique, Saad-Eddine El Othmani « invite » désormais A. Benkirane et ses alliés au respect scrupuleux « des décisions des institutions du PJD».
«Il faut être fier de nos institutions et sans elles le parti n’a aucun sens», a précisé le chef du gouvernement relayé par le site de la formation islamiste.
Il a également lancé un appel à l’ensemble des membres de sa formation à « se conformer aux décisions du parti », ajoute la même source.
Dans les habits de pompier, S.E El Othmani semble vouloir présenter un front uni. Et clore un chapitre qui n’a pas servi les intérêts de l’école marocaine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.