L’ombre de la corruption plane sur le couple Netanyahu: Nouveau coup dur pour une majorité flageolante

L’ombre de la corruption plane sur le couple Netanyahu Nouveau coup dur pour une majorité flageolante
L’ombre de la corruption plane sur le couple Netanyahu Nouveau coup dur pour une majorité flageolante

Le gouvernement israélien de qui ne dispose plus que d’une majorité d’une voix au Parlement – 61 députés sur 120, vient d’être ébranlé par la recommandation de la police israélienne, samedi, de poursuivre en justice pour des accusations de corruption le Premier ministre Benjamin Netanyahu et sa femme, Sara Netanyahu, dans l’affaire Bezeq, aussi connue comme l’Affaire 4000.

Les enquêteurs ont déclaré que Benjamin Netanyahu avait pris des décisions régulatoires ayant profité à Shaul Elovitch, l’actionnaire contrôlant Bezeq, la plus grande entreprise de télécommunications du pays – malgré l’opposition des responsables du ministère des Communications – en échange d’une couverture médiatique positive sur le site d’information Walla d’Elovitch.

« La principale suspicion est que le Premier ministre aurait pris des pots-de-vin et aurait agi en conflit d’intérêts en intervenant et en prenant des décisions régulatoires qui ont favorisé Shaul Elovitch et le groupe Bezeq. Dans le même temps, il a demandé directement et indirectement à interférer avec le contenu du site d’information Walla d’une manière qui pouvait lui profiter », a expliqué la police dans un communiqué commun avec l’Autorité israélienne des Sécurités, qui a également participé à cette enquête de neuf mois.

Les enquêteurs ont déclaré qu’ils pensaient avoir assez de preuves pour porter Netanyahu au tribunal sur des accusations de corruption, de fraude, d’abus de confiance et pour avoir profité de certains avantages de manière frauduleuse.

Le résumé de l’enquête contenait également une recommandation de poursuites contre Sara Netanyahu pour corruption, fraude et abus de confiance, et pour « entrave aux déroulements d’une enquête judiciaire » en ce qui concerne Shaul Elovitch.

La police a affirmé que les conclusions montraient que le Premier ministre avait utilisé son bureau « pour promouvoir les affaires régulatoires d’Elovitch, y compris l’affaire de la fusion Bezeq-Yes, et y compris la couverture médiatique positive de ces questions sur le site Walla », en référence à la chaîne satellite Yes.

« L’intervention du Premier ministre et de ses associés dans les contenus et les nominations des employés du site internet Walla visait à promouvoir ses intérêts personnels en publiant des articles et photos flatteurs, en retirant les contenus critiques sur le Premier ministre et sa famille », a précisé le communiqué.

Pour la police, Sara a agi sur le compte du Premier ministre pour coordonner la couverture sur Walla avec la femme d’Elovitch, Iris Elovitch, et Ilan Yeshua, le PDG du site d’information, qui devrait également être poursuivi pour corruption, selon la police.

« Les conclusions ont également révélé que la famille Elovitch avait influencé les publications de Walla, en échange de décisions régulatoires en faveur de Shaul Elovitch et du Groupe Bezeq, et cela dans la volonté de faire avancer plus encore les intérêts commerciaux du groupe Bezeq en général et son contrôle d’actionnaire en particulière », a expliqué la police.

Benjamin Netanyahu a immédiatement rejeté dimanche les conclusions de la police. « Je suis sûr que dans ce cas les autorités compétentes, après avoir examiné la question, parviendront à la même conclusion: qu’il n’y avait rien parce qu’il n’y a rien », a-t-il répondu dans un communiqué.

Lors de leur réunion hebdomadaire, les ministres du Likoud (droite), le parti de Benjamin Netanyahu, ont exprimé leur soutien au chef du gouvernement. Du côté de l’opposition, le chef des travaillistes Avi Gabbay a appelé Benjamin Netanyahu à démissionner. La dirigeante du parti de gauche Meretz, Tamar Zandberg a estimé sur Twitter qu’Israël « doit organiser des élections maintenant », le Premier ministre étant accusé du « plus grave délit selon la loi israélienne ». Tzipi Livni, la chef de l’opposition de l’Union sioniste, a déclaré que « Netanyahu doit partir avant de détruire les institutions du maintien de l’ordre pour sauver sa propre peau. La nation israélienne mérite des dirigeants propres ». Livni et Yoel Hasson, le président du groupe de l’Union sioniste à la Knesset, ont tous les deux appelé à dissoudre le gouvernement et à organiser immédiatement des nouvelles élections. Yair Lapid, le chef du parti Yesh Atid, a appelé le parti du Likud au pouvoir à retirer son poste à Netanyahu jusqu’à ce que des nouvelles élections puissent se tenir.

« C’est un jour triste, triste pour tous les citoyens israéliens… mais aussi pour ceux qui connaissent Netanyahu depuis des dizaines d’années comme moi et d’autres. On a vu la logique de corruption causée par de trop nombreuses années au pouvoir », a déclaré Lapid dans un communiqué.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.