Lutte contre le dopage par la FRMA: Un combat sans merci

Lutte contre le dopage par la FRMA: Une lutte sans merci
En quatre années, ce sont plus de cent athlètes marocains qui ont été convaincus de dopage. Grâce au programme national de prévention et de lutte contre le dopage lancé par la Fédération Royale Marocaine d’Athlétisme.
Lors de l’Assemblée Générale Ordinaire de la FRMA, tenue récemment à Rabat, Abdessalem Ahizoune, a fait une déclaration décapante pour montrer à quel point à la FRMA on a pris le taureau par les cornes en matière de prévention et surtout de lutte contre le dopage. Le nombre d’athlètes rattrapés par le dopage dépasse une centaine depuis 2013, année du lancement de la FRMA de son propre programme national, outre celui des instances internationales, IAAF en tête (Association Internationale des Fédérations d’Athlétisme).
Dans un Maroc qui n’a pas encore de législation spécifique en matière de Lutte contre le dopage ni laboratoire ni agence nationale (Ndlr: La loi sur la lutte contre le dopage avait été approuvée l’été dernier par le Conseil de gouvernement mais pas encore par les deux Chambres de l’Hémicycle sans parler des textes d’application nécessaires pour son entrée en vigueur ), la FRMA est la seule fédération nationale qui s’est dotée d’un programme national en collaboration avec l’ORAD ( Organisation Régionale Anti-dopage de l’Afrique deux Nord ) qui dépend de l’Agence Mondiale Anti-dopage.
Dès lors, le nombre de cent athlètes contrôlés positifs durant les quatre dernières années traduit indubitablement la rigueur des décideurs de la FRMA qui ne font pas dans la dentelle. Certes, le chiffre dévoilé par le président donne le tournis mais il faut savoir que l’écrasante majorité de ces dopés ont été piégés lors des compétitions nationales organisées par la FRMA. Fini le temps où la FRMA qui était régentée par des ripoux défendait la cause d’athlètes qui trempaient dans le dopage et aux frais de la princesse.
L’heure est à l’athlétisme propre et “le Maroc n’a pas besoin de médaillés mondiaux ou olympiques louches “ a martelé Abdessalem Ahizoune, président de la FRMA qui a menacé de démissionner s’il constate un jour que les clubs n’adhèrent pas au programme de lutte contre le dopage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.