Majorité et petits fours Dites, « Baz », ou le buzz raté d’El Othmani !

Saad Eddine El Othmani fait dans la rétention de l’information sans oser se l’avouer. A moins qu’il se croit si bien inspiré de pouvoir « tricher » sans laisser de trace pour faire reluire le blason d’une majorité bigarrée dont la solidité serait des plus incertaine. Dites « Baz », a-t-il rétorqué à ses détracteurs qui s’interrogeaient justement sur le sort incertain qui attend ladite majorité… Sauf que le Buzz n’est pas au rendez-vous cette fois-ci. Le commun des mortels sait que le patron de l’Exécutif marche sur des œufs… Et que la mayonnaise a tourné plutôt que prévu.


Du coup, il faut croire que pour ce chef d’orchestre qui tente de rabibocher sa majorité plurielle (elle compte libéraux et représentants d’un centre-gauche) qui, dès que l’occasion se présente, peine à ne pas sacrifier au rituel « crépage de chignons », l’effet « thé à la menthe » et « petits fours » a atteint ses limites. La preuve, il a décidé, him self, de reporter la réunion de sa sainte majorité à une date ultérieure. Autant dire sine die… Aux guéguerres sans lendemain entre Pjidistes et Rnistes s’est ajouté un autre front qui a permis aux Uspéistes de monter au combat depuis que des ministres islamistes ont choisi de laisser choir leur posture de réserve pour voler au secours de l’un de leurs cadors poursuivis pour mort d’homme ! Avouez que le schéma de la majorité aux affaires ne manque pas de piquant. Surtout lorsqu’on y ajoute un « zeste » en la personne d’un Lahcen Daoudi, en survie politique alors qu’il avait mis sa démission sur la table, et l’olive qu’incarne le Mustapha Ramid qui a boudé les réunions du gouvernement pour protester contre le gel d’un texte au SGG.
Qu’il le reconnaisse ou non, El Othmani n’est pas fait pour bien jouer du shaker. Question de dosage, sans doute. En attendant d’y voir clair, la situation a de quoi souler le citoyen de base qui suit de loin l’évolution de la scène nationale. Celle qui prête le flanc aux débordements. Alors, il ne faut pas s’étonner à ce que les Marocains stockent les gilets jaunes en prévision du jour où ils réclameront des comptes. Et là, l’addition risque d’être salée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.