Marché des carburants : Total Maroc fait mieux que résister

Marché des carburants : Total Maroc fait mieux que résister
Alors qu’on croyait qu’avec la libéralisation des prix des carburants, entrée en vigueur depuis le premier décembre dernier, allait bénéficier aux automobilistes et autres consommateurs marocains, il s’est avéré qu’elle a profité uniquement aux pétroliers. L’exemple le plus éloquent est celui de la filiale marocaine du pétrolier français Total qui a vu son résultat net consolidé exploser de 175,9 % au premier semestre s’établissant ainsi à 402,6 MDH contre 145,9 il y a un an.
Traditionnellement administrés sur l’ensemble du territoire, les prix des carburants à la pompe sont fixés librement par les distributeurs depuis décembre dernier. Et pourtant, il n’y a pas eu de baisse des prix à la pompe malgré la baisse des cours du brut à l’international depuis prés de deux ans. Une situation qui s’explique par le fait que « le prix d’un litre de carburant dépend à hauteur de plus de 40 % des taxes », a soutenu l’Administrateur directeur général de Total Maroc, Jean-Louis Bonenfant. Ce dernier qui s’exprimait lors de la présentation des résultats semestriels de la filiale marocaine du pétrolier français a expliqué que cette situation où le prix du litre du carburant dépend, essentiellement, des cours du brut et des taxes, laisse une marge rétrécie de manœuvre pour les pétroliers ». Et par conséquent, la concurrence ne s’exerce pas forcément sur les prix.
C’est dans ce contexte, peu favorable aux consommateurs dans l’absence d’une autorité de régulation, la situation continue de profiter aux pétroliers. Voilà pourquoi Total a pu réaliser « un résultat net social de 399,8 MDH, en progression de 215,1 MDH par rapport au premier semestre 2015 », a indiqué J.L. Bonenfant. Cette tendance haussière a concerné également le résultat net consolidé qui s’établit à 402,6 MDH au titre du semestre écoulé, contre 145,9 MDH au 30 juin 2015, a-t-il relevé sans pour autant donner de pourcentage ! Les 175,94 % ne s’explique que par « un environnement pétrolier favorable ». Mais qui reste à relativiser selon le DG récemment nommé. « Un effet prix sur stock relativement important dans un marché ouest européen où on a bénéficié de prix bas, mais aussi à un élément purement fiscal (l’impact du taux d’imposition réduit à 23,25 % lié à l’introduction en bourse de la société fin mai 2015) et à la performance commerciale ». Indiquant que les ventes de la société ont atteint 675 kt, contre 621 kt une année auparavant en progression de 8,7 %, le DG de Total Maroc, a affirmé que cette performance est notamment due au fort développement des ventes de carburants, en particulier sur le réseau de stations-service qui a été étoffé par 16 ouvertures en 2015, mais aussi par l’arrêt de la contrebande des produits importés illégalement à partir d’un pays voisin ». « On a capté l’essentiel de ce volume », a-t-il dit.
Il s’avère donc que la baisse des prix à l’international n’a fait qu’améliorer les marges pétrolières et reste loin de profiter aux simples consommateurs en l’absence d’une autorité de régulation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.