Marche du travail: Légère baisse du chômage au troisième trimestre

Marche du travail Légère baisse du chômage au troisième trimestre
Marche du travail Légère baisse du chômage au troisième trimestre

Selon le haut commissariat au plan (HCP), entre le troisième trimestre de l’année 2017 et la même période de 2018, l’économie marocaine a créé 122.000 postes d’emploi, 118.000 en milieu urbain et 4.000 en milieu rural. Les services ont créé 98.000 emplois, l’ »industrie y compris l’artisanat » 19.000, l’ »agriculture, forêt et pêche » 9.000 alors que le secteur des BTP en a perdu 4.000. Dans ce contexte, le nombre total des chômeurs s’est établi, entre les deux périodes,  à 1.172.000 chômeurs, en baisse de 64.000 personnes au niveau national, 29.000 en milieu urbain et 35.000 en milieu rural. Le taux de chômage est ainsi passé de 10,6% à 10% au niveau national ; de 14,9% à 14,3% en milieu urbain et de 4,6% à 3,9% en milieu rural. Ce taux reste relativement élevé parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans (27,5%), les femmes (13,8%) et les diplômés (17,1%). Le taux de chômage atteint parmi les détenteurs d’un diplôme de formation professionnelle 23,9%, 36,5% parmi les femmes et 19,3% parmi les hommes.  Selon le diplôme, le taux de chômage des détenteurs d’un diplôme de formation professionnelle (23,9%) est supérieur à celui de l’ensemble des diplômés âgés de 15 ans et plus (17,1%). Il est nettement plus élevé parmi les femmes (36,5%) que les hommes (19,3%) et parmi les citadins (24,2%) que les ruraux (20,6%). Parmi cette catégorie, le chômage affecte beaucoup plus les jeunes âgés de 15 à 29 ans, avec un taux de 42,6% (52,3% parmi les femmes et  37,7% parmi les  hommes). Il est de 14,3% parmi les personnes âgées de 30 à 44 ans et de 3,7% parmi celles âgées de  45 ans et plus. Près de 6 chômeurs sur 10 (57%) sont à la recherche de leur premier emploi (51,8% parmi les hommes et 68,1% parmi les femmes). Les deux-tiers des chômeurs (67,7%) chôment depuis une année ou plus (64,4% parmi les hommes et 74,7% parmi les femmes). D’un autre côté, 26,8% des chômeurs se sont retrouvés dans cette situation suite au licenciement (21,9%) ou à l’arrêt de l’activité de l’établissement employeur (4,9%).  Environ 8% des chômeurs sont découragés par la recherche active d’un emploi. Ils sont à 86% citadins, 56% masculins, 53% jeunes âgés de 15 à 29 ans et 80% diplômés.  De son côté, la population sous-employée s’est établie au troisième trimestre de 2018 à 1.022.000 personnes.  Par rapport au troisième trimestre de 2017, le taux de sous-emploi a baissé de 0,2 point, passant de 9,9% à 9,7% au niveau national ; de 8,3% à 8,2% en milieu urbain et de 11,8% à 11,6% en milieu rural.

Contrastes régionaux

Cinq régions abritent 72,8% de l’ensemble des actifs âgés de 15 ans et plus. La région de Casablanca-Settat vient en première  position avec 22,6% d’actifs, suivie de Marrakech-Safi (13,9%), de Rabat-Salé-Kénitra (13,3%), de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (11,1%) et de Fès-Meknès (11,9%). Quatre régions affichent des taux d’activité plus élevés que  la  moyenne  nationale (45%) ; Casablanca-Settat (48,8%), Eddakhla-Oued Eddahab (48,5%), Marrakech-Safi (47,1%) et Tanger-Tétouan-Al Hoceima (45,4%). En revanche, les taux d’activité les plus bas sont enregistrés dans les régions de Drâa-Tafilalet (38,3%) et de Laayoune-Sakia El Hamra (37,9%). D’un autre côté, 71,5% des chômeurs  sont concentrés dans cinq régions; Casablanca-Settat vient en  première  position  avec 24,4% de chômeurs, suivie de Rabat-Salé-Kénitra (16,1%), de Fès-Meknès (10,2%), de Marrakech-Safi (9,2%) et de l’Oriental (11,6%). Les taux de chômage les plus élevés sont observés dans les régions de Laayoune-Sakia El Hamra avec 19,4%, de Guelmim-Oued Noun (17,3%), de l’Oriental (17,3%) et d’Eddakhla-Oued Eddahab (13,1%). En revanche, les taux les plus bas sont relevés dans les régions de Marrakech-Safi et de Béni Mellal-Khénifra avec respectivement 6,8% et 4,9%.  Par ailleurs, le taux de sous emploi dépasse la moyenne nationale (9,7%) au niveau de quatre régions. Il s’agit de Béni Mellal-Khénifra avec 15,6%, de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (15,1%), de l’Oriental (12,9%), et d’Eddakhla-Oued Eddahab (11,5%). Les taux les plus faibles sont relevés dans les régions de Drâa-Tafilalet (4,4%) et Guelmim-Oued Noun (1,1%).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.