Le Conseil de gouvernement, réuni hier à Rabat a adopté deux projets de décret relatifs aux marchés publics et à la Commission nationale de la commande publique. Présentés par le secrétaire général du gouvernement au nom du ministre de l’Intérieur, le premier projet de décret relatif aux marchés publics vise l’harmonisation des textes législatifs et réglementaires inhérents à la décentralisation aux dispositions des lois organiques sur les collectivités territoriales.

Les modifications proposées concernent l’adaptation de la terminologie, des concepts et des formules utilisés dans le décret n° 2.12.349 avec ceux figurant dans les lois organiques sur les collectivités territoriales, outre l’attribution au ministre de l’Intérieur la prérogative de relever le plafond de 200.000 DH fixé pour les bons de commande réalisés par les collectivités territoriales. Le texte stipule également la publication des documents relatifs aux marchés des collectivités territoriales, de leurs groupements et des établissements de coopération intercommunales, conformément aux modalités de publication des documents des marchés de l’Etat, selon le ministre.

Ces modifications consistent, de même, en l’instauration de la corrélation entre la mise en œuvre des mesures coercitives et la demande de l’avis de la commission nationale de la commande publique, comme elles stipulent que l’adoption des marchés des collectivités territoriales, de leur groupement et des établissements de coopération intercommunales relève des autorités compétentes au regard de la loi ( présidents des conseils, de leur groupement ou des établissements de coopération intercommunales ou les fonctionnaires délégués).

Les modifications portent, en outre, sur la suppression de la commission de suivi des marchés des régions, des préfectures, des provinces et des collectivités et le transfert de leurs attributions à une commission permanente au sein de la commission nationale de la commande publique en vue d’instaurer un interlocuteur unique dans le domaine de suivi des plaintes et des demandes d’avis relatives aux commandes publiques.

Le deuxième projet de décret relatif à la Commission nationale de la commande publique  concerne la mise en œuvre de la gouvernance institutionnelle à travers l’instauration d’un interlocuteur unique dans le domaine de présentation d’expertise et de consultations relatives aux procédures de conclusion, d’exécution, de contrôle et de paiement des commandes passées par les collectivités territoriales et des personnes morales de droit public.

Cette démarche sera concrétisée à travers la création d’une commission permanente au sein de l’organe délibératif de la Commission nationale qui sera chargée de l’examen des plaintes émanant des contractuels avec les collectivités territoriales, leur groupement et les établissements de coopération, d’une part, et l’émission des avis en cas de difficultés liées à l’interprétation des textes juridiques ou des clauses des cahiers de charges inhérents aux marchés des entités juridiques mentionnées, de l’autre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.