Médiation française auprès de Téhéran Tel-Aviv y voit un encouragement aux Iraniens
Médiation française auprès de Téhéran Tel-Aviv y voit un encouragement aux Iraniens

En marge de sa visite en Serbie, le président français Emmanuel Macron a annoncé lundi 15 juillet qu’il allait s’entretenir cette semaine avec ses homologues iranien, russe et américain dans le cadre de la « médiation » française pour préserver l’accord sur le nucléaire.

« La dynamique que nous avons créée ces dernières semaines, je pense, a évité le pire et des sur-réactions du côté iranien », a déclaré le chef de l’État français Emmanuel Macron lors de sa conférence de presse à Belgrade.
« Elle a permis de déclencher (…) un langage nouveau du côté européen et elle a permis d’avoir un dialogue constant avec les Américains ».
« Donc, dans ces conditions difficiles, nous allons poursuivre notre travail, qui est un travail de médiateur, de négociateur.
Je parlerai à sa demande au président Rohani dès mon retour (en France) et j’aurai cette semaine le président Poutine et le président Trump, c’est ce travail que nous allons poursuivre pour éviter toute forme d’escalade dans la région comme toute dégradation de ce que je considère comme déjà un acquis sur le nucléaire avec le JCPOA », a-t-il indiqué.

Les Européens veulent sauver l’accord sur le nucléaire avec l’Iran, mais l’impossibilité de contourner les sanctions américaines leur laisse peu de chances de répondre aux attentes de Téhéran, ont averti leurs ministres des Affaires étrangères réunis lundi à Bruxelles.
« L’accord n’est pas encore mort » et l’UE veut donner à l’Iran « une possibilité de revenir sur ses mesures en contravention avec ses engagements », a affirmé le chef de la diplomatie britannique Jeremy Hunt à son arrivée pour une réunion.

« L’Iran a pris de mauvaises décisions en réaction à la mauvaise décision des États-Unis de se retirer de l’accord et d’imposer des sanctions dont la portée extraterritoriale touche de front les avantages économiques que le pays pouvait retirer de l’accord », a déploré le Français Jean-Yves Le Drian.

Les pays qui demeurent signataires de l’accord conclu en 2015 sur le programme nucléaire iranien ne considèrent pas que les mesures récemment prises par Téhéran justifient le déclenchement de mécanisme de résolution des conflits, a déclaré lundi Federica Mogherini, la chef de file de la diplomatie européenne.
« Pour l’heure, aucune des parties de l’accord n’a fait part de sa volonté d’invoquer l’article permettant de déclencher le mécanisme de résolution des conflits », a dit Federica Mogherini.

En réaction, Tel-Aviv s’inscrit en faux face à cette dynamique de paix. Rien de plus normal au regard des pressions que l’entité sioniste exerce sur les USA en vue de les pousser à asphyxier l’Iran, si ce n’est pas plus.
Invoquant l’histoire, Benyamin Netanyahu est allé plus loin en faisant le rapprochement entre la démarche actuelle de l’Europe et celle qui avait prévalu dans les années 1930 en permettant au nazisme de mieux s’enraciner en Allemagne.
Dénonçant la position de l’Union européenne face aux récentes annonces du président iranien concernant le programme nucléaire de son pays, B. Netanyahou n’a pas hésité à comparer la situation aux tentatives d’apaisement européen des années 30.
Un raccourci qui a l’heur et le malheur de faire le panégyrique du nazisme dont les Mollahs iraniens ne sont pas friands. Téhéran qui appuie la lutte armée contre Israël, entité soutenue par les USA et d’autres au détriment des droits historiques des Palestiniens, ne déviera pas d’un iota de sa trajectoire de libération…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.